Le Tennis Club de l’Observatoire : La dérive de la fonction sociale d’un club sportif familial de plein air en centre de loisirs « wellness »

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°83, mars 2015

style='float:left;'>

Le Tennis Club de l’Observatoire
(TCO), situé au bout de l’avenue
Paul Stroobant, en cul-de-sac, a fait
l’objet d’une demande de permis
d’urbanisme, introduite fin 2012,
pour une extension démesurée et
inadéquate pour le site.
Le projet contournait le PRAS,
limitant à 20% l’emprise au sol des
bâtiments par rapport au terrain, en
construisant sous terre et en empilant
les niveaux, de telle manière que
les surfaces utiles étaient multipliées
par 4,5.
La dérive de la fonction sociale d’un
club sportif familial de plein air
en centre de loisirs « wellness »
intérieurs est contraire à l’affectation
du site en zone de sports de plein air.
Le projet comportait un nouveau bâtiment
en intérieur d’îlot qui dérogeait
aux PRAS et RRU.
Les incidences du projet sur l’environnement
(pollutions atmosphériques
et sonores, gestion des eaux
usées et pluviales juste en amont du
site classé du Crabbegat alors qu’il
n’y a aucun collecteur public, étude
de mobilité dans une rue étroite en
cul-de-sac passant devant une école,
etc…) avaient été outrageusement
minimisées dans le rapport d’incidence.
Il est heureux et normal que
cette demande de permis ait été
finalement refusée en février 2014,
mais il aura fallu une mobilisation
importante des riverains et de l’ACQU
pour convaincre que les ambitions
d’un promoteur privé ne pouvaient
raisonnablement pas supplanter les
volontés du législateur, les règles
administratives et … l’intérêt général.

Article de tête : La déréglementation du Plan Régional d’Affectation du Sol

1er mars 2015