Un Colruyt temporaire sur le site d’Illochroma ?

style='float:left;'>

Octobre-novembre 2011.

La firme Colruyt a sollicité un permis d’urbanisme pour le déménagement temporaire de son magasin de la rue de Stalle vers la rue du Bourdon (Site Illochroma), le temps de reconstruire et d’agrandir les infrastructures de la rue de Stalle.

  • Contournement du règlement ?

Le projet prévoit une surface commerciale de 999m2 (2148m2 au total, annexes comprises, au sein d’un volume existant de 18.012m2) desservie par 86 emplacements de parking. Parmi les 86 emplacements, 24 seront construits de neuf. Ces chiffres semblent avoir été expressément prévus juste en dessous des seuils réglementaires (1000m2 de surface commerciale et 25 emplacements neufs) imposant, dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisme, la réalisation d’un rapport d’incidence.

La firme Colruyt a également pris le soin d’éviter l’introduction d’une demande de permis mixte c’est-à-dire d’urbanisme et d’environnement, procédure qui contraint entre autre le demandeur d’attendre la délivrance des deux permis pour pouvoir démarrer le chantier.

Concrètement le projet s’est révélé également boiteux : La disposition tant des accès (via le nr 100 de la rue du Bourdon) que des emplacements de parking est peu cohérent par rapport à la configuration du terrain et l’implantation du magasin.

Un rapport d’incidence nous paraissait être essentiel vu la situation urbanistique et sociale très fragile du quartier.

  • Bourdon-Calevoet, un quartier subsidiaire ?

On peut réellement se poser la question de l’avantage d’accueillir une structure commerciale temporaire, vecteur d’un important trafic automobile, dans un quartier pourtant déjà fortement fragilisé suite à une spéculation immobilière incontrôlée.

Implanter un grand commerce pour une durée limitée de deux ans est une source de déséquilibre et de confusion supplémentaire qui engendrera inévitablement des changements d’habitudes instables.

Les conséquences tant en matière de mobilité que pour l’économie locale risquent d’être problématiques voire dramatiques pour certains. On pense particulièrement aux petits commerces indépendants qui subsistent avec courage le long de la chaussée d’Alsemberg.

On ne le répètera jamais assez, il est plus que temps de mettre un frein au développement anarchique du quartier Bourdon/Calevoet. A quand un véritable schéma-directeur ?

  • Comment réagir à la présente enquête ?

L’enquête est clôturée depuis le lundi 31 octobre. Si vous n’avez pas eu l’occasion de vous exprimer par écrit vous avez néanmoins encore l’occasion de vous manifester par oral lors de la commission de concertation qui se réunira le mercredi 16 novembre prochain. La séance est publique mais la participation se fait (de préférence) sur demande au Collège communal. L’heure de la séance sera précisée ultérieurement.

27 octobre 2011