LES ABATTAGES AU BOIS DE VERREWINKEL

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°72, juin 2012.


Massacre à la tronçonneuse !

Depuis deux ans, les amis du bois de Verrewinkel s’inquiétaient
du marquage – en grands chiffres – de très
beaux vieux hêtres situés près de la lisière du site
classé de Verrewinkel. Il nous avait toujours été dit
que ces arbres faisaient simplement l’objet d’un suivi
et qu’un abattage n’était pas prévu.

En réalité, dès le 25 août 2010, Bruxelles-Environnement
(l’IBGE) s’adressait directement au Collège des
bourgmestre et échevins de la commune d’Uccle
pour proposer l’abattage de 28 arbres de lisière, à
titre de sécurisation. Cette demande était accompagnée
d’un relevé des défauts constatés pour ces
arbres – charpentières au-dessus des clôtures,
branches mortes au sommet, etc… et on ajoutait :
« ce peuplement a visiblement entamé depuis
quelques années sa phase d’effondrement ». Le Collège
a marqué son accord le 28 décembre 2010 et
l’IBGE en a été informé le 26 janvier 2011.

Quelles actions ont entrepris les amis du bois de Verrewinkel ?

En avril 2011 nous avions interrogé l’IBGE
sur la signification des grands chiffres. En réponse il
nous avait été écrit que « 35 arbres sont dangereux et
doivent être abattus », ce que nous avons mentionné
dans la « Lettre aux habitants » de juin 2011.
Mais il fallait encore une rencontre avec l’IBGE, qui
insistait d’ailleurs pour que des explications puissent
être données sur place. Cette rencontre a eu lieu à la
mi-juillet 2011 et il est apparu alors que l’IBGE estimait
en effet nécessaire l’abattage de 35 arbres de lisière,
sans discussion possible. Nous aurions préféré
un abattage moins massif, mais nous n’avons pas été
entendus, ni verbalement ni par écrit.

A cette occasion, il était dit que l’opération était « de
minime importance » et que dès lors aucune publicité
n’était requise. Néanmoins au service vert de la
commune d’Uccle et chez les amis du bois de Verrewinkel
on attendait enquête publique et commission
de concertation. Faut-il rappeler que pour les citoyens
d’Uccle, la commission de concertation constitue
toujours « un enjeu démocratique essentiel »
(« Lettre aux habitants », mars 2011).

Sur le plan légal, l’administration régionale, compétente
pour accepter le projet IBGE, prenait appui sur
l’« Arrêté du 7 avril 2011 du Gouvernement de la
R.B.C. modifiant l’arrêté du 13 novembre 2008 déterminant
les actes et travaux dispensés de permis
d’urbanisme, de l’avis du fonctionnaire délégué, de
la commune ou de la Commission royale des monuments et des sites ou de l’intervention d’un architecte », plus particulièrement sur le 3° de l’art. 35/36,
à savoir « l’abattage d’arbres morts ou dépérissant
ou d’arbres en massif ».

Si des mesures de publicité avaient été adoptées, à
savoir en tout cas enquête publique et commission
de concertation, différents aspects auraient pu être
clarifiés, voire atténués ou corrigés. On pense notamment
aux critères qui ont permis de classer une
série d’arbres dans la catégorie « abattage ».

Dans l’état actuel des choses, il n’est pas exagéré de
dire que les abattages du Verrewinkel ne correspondent
pas à un sentiment citoyen. L’IBGE n’a guère eu
l’occasion de s’expliquer et les réunions, soit avant,
soit après les dits abattages n’ont hélas pas attiré
beaucoup de monde.

Nous avons pu consulter le texte du permis d’urbanisme
relatif à ces abattages. Il se confirme donc que
c’est le 3° de l’article 35/36 qui constitue la base soi-disant
légale de l’action de l’administration. On ne
peut que s’étonner d’une interprétation aussi audacieuse,
alors que les documents de l’IBGE – voir aussi
nos photos – soulignaient l’excellente santé de tous
ces arbres (42 finalement au total) !

Mais nous avons encore un avenir à préserver. A cet
égard nous notons que l’IBGE a élaboré un vaste programme
de « renouvellement de la hêtraie », avec régénération
naturelle à proximité des abattages et
aussi regarnissage par des plants de hêtres prélevés
en forêt de Soignes. Espérons que ce programme sera
mis en œuvre et ensuite suivi ; nous remercions déjà
l’IBGE pour sa diligence.

A. De Schutter
Pour les amis du Bois de Verrewinkel

Voir site web :
http://www.lesamisduboisdeverrewinkel.be/

style='float:left;'>


On ne le croirait pas, mais c’est le même endroit, une fois en novembre 2011 et une fois en avril 2012.

31 octobre 2012