LE PONT DE LA RUE VERREWINKEL

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°71, mars 2012.

style='float:left;'>

LE PONT DE LA RUE VERREWINKEL , enjambant le
chemin de fer à la hauteur du Lycée français, est très
dangereux pour les piétons affirme, avec raison,
Marc Cools (Wolvendael , février 2012). L’ouvrage,
très étroit et placé entre deux virages, est fréquemment
heurté par les voitures. C’est pourquoi l’Echevin
suggère la construction d’un nouveau pont à
deux voies carrossables et pourvu de larges trottoirs
(à la charge d’INFRABEL). A défaut d’une reconstruction
totale, l’échevin suggère qu’une passerelle piétonne
et cycliste soit à tout le moins créée.

Cette seconde option nous semble préférable pour deux
raisons. Premièrement, la construction d’une passerelle
est moins onéreuse. Le projet a donc plus de
chance d’aboutir. Deuxièmement, la construction
d’un nouveau pont à deux bandes risquerait d’entrainer
une sérieuse augmentation du trafic. L’étranglement
actuel de la rue constitue un obstacle idéal
pour décourager un tant soit peu le passage de transit.

Vu la proximité du Lycée Français, une étude mériterait
néanmoins d’être réalisée afin d’étudier de
plus près la question des énormes flux transitoires générés
par l’établissement scolaire.

Rappelons enfin que l’ACQU et la commune d’Uccle réclament depuis
de longue date auprès du gouvernement fédéral la
création d’une halte RER à la hauteur du pont de la
rue Verrewinkel. La desserte de ce quartier par le
train est nécessaire tant pour les usagers du Lycée
Français que pour les habitants du futur quartier Engeland.

Ci-dessous : deux variantes possibles pour la réalisation
d’une passerelle piétonne/cycliste.

style='float:left;'>

style='float:left;'>