LA MOBILITÉ DOUCE À L’ÉCOLE SAINT-JOSEPH BOONDAEL

Notre mobil-aventure a commencé il y a 4 ans alors que le groupe environnement de l’école organisait chaque année les « Goodplanet Actions » dont l’une d’elle appelée « CO2 léger » encourageait parents et enfants à faire l’effort une journée par an de ne pas utiliser sa voiture pour privilégier les modes de déplacements doux : le vélo, la marche à pied et les transports en commun.

La participation à l’action était massive, l’enthousiasme au rendez-vous et de fil en aiguille nous nous sommes inscrits au Plan de Déplacements Scolaires de Bruxelles Mobilité. Un groupe mobilité pluri - acteurs s’est mis en place (direction, enseignants, éducateurs, parents) et nous avons été accompagnés par Julie Godard de Goodplanet. Elle est vraiment partie de notre diagnostic et de nos idées pour que nous construisions notre plan d’action, en veillant à ce qu’il soit en phase avec nos élans et les valeurs de l’école ; il ne s’agissait pas de nous donner des recettes toutes faites de mobilité durable.

Au démarrage, nous étions fort centrés sur la promotion du vélo. Nous avons instauré le brevet cycliste pour les 5èmes du niveau primaire, accompagnés par Provélo. En dialogue avec eux, nous avons initié dans l’école les formations « ENVOL » qui offrent aux parents et aux enfants une initiation à la conduite dans le trafic. C’est l’occasion pour le tandem parent-enfant de se retrouver ensemble en situation d’apprentissage, d’intégrer les règles de la conduite en ville (prendre sa place, maîtriser son vélo, …), de donner confiance à l’adulte pour coacher son enfant avec sérénité. Les 6èmes du primaire organisent aussi chaque année une sortie vélo en fin d’année pour couronner la fin de leur parcours primaire.

Néanmoins, le projet audacieux dont nous sommes le plus fier et qui a été récompensé par le prix Dominique De Graeve de la Fondation Roi Baudouin est notre « Vélobus XL : de l’école à la piscine à vélo ».

Toutes les semaines, qu’il pleuve ou qu’il vente, tous les élèves de 5ème et 6ème du niveau primaire se rendent à la piscine à vélo. Alors qu’avant les enfants passaient un temps considérable assis dans un car et coincés dans les embouteillages pour 20 minutes de natation, ils jouissent maintenant d’un temps 100% sportif. Il a fallu former les enfants, acheter une petite flotte de vélos pour les enfants qui ne sont pas en mesure d’amener un vélo à l’école, et agrandir notre parking vélos qui compte aujourd’hui plus de 80 places !

Notre motivation à mettre en selle les enfants et à leur offrir une expérience conviviale de déplacement doux en groupe sécurisé, c’est de leur donner goût au vélo et de favoriser un ancrage positif vis-à-vis du vélo, de faire d’eux de futurs adultes respectueux du code de la route et enclins à enfourcher leur vélo. On observe que les enfants sont fiers et enthousiastes de participer au « vélobus » et c’est une belle récompense à l’énergie que nous déployons. Nous souhaitons ardemment que notre projet inspire d’autres écoles à Bruxelles.

Plus récemment, nous avons mis en place devant l’école un « Kiss and Ride », une zone de dépose-minute qui permet aux parents de déposer leurs enfants en toute sécurité sans devoir se garer. Vingt parents volontaires assurent ce service, à raison de 20 min par personne toutes les 2 semaines. Des enfants de 5ème et 6ème du niveau primaire ont été formés pour devenir « patrouilleurs » et assistent en plus les adultes volontaires.

Pour améliorer la sécurité aux abords de l’école et inciter les automobilistes à réduire leur vitesse, nous avons construit avec les enfants, deux totems en voirie pour rendre l’école plus visible.

Il y a aussi les « Jeudis de la draisienne » donnant aux enfants de maternelle l’occasion de faire des parcours dans la cours pour maîtriser l’équilibre et par la suite passer au vélo avec aisance.

En outre, nous réalisons chaque année en automne une enquête mobilité qui nous permet de mesurer l’évolution des modes de déplacements dans l’école et ce sont les élèves qui comparent l’évolution des données successives.

Côté projets futurs, il y a le brevet piéton et la création d’une carte de géolocalisation des familles pour favoriser le covoiturage.

Aujourd’hui, nous proposons un « portefeuille d’activités et d’actions mobilité » suffisamment large pour qu’il touche tous les publics de l’école. Tous les parents et les enfants sont concernés par au moins un des projets mobilité. On s’est rendu compte également qu’il était intéressant de répéter les actions qui fonctionnent pour les améliorer et les asseoir ; les enfants et les parents aiment les habitudes positives qui s’installent comme notre action « Les vendredis CO2 léger de juin ».

Ce qui fait notre succès aujourd’hui c’est la présence dans notre groupe mobilité de personnes motivées et engagées, que tous les acteurs sont autour de la table et que nous pouvons dès lors décider rapidement et passer à l’action. La direction nous soutient à 100% et nous donne carte blanche pour autant que nous nous responsabilisions à 100%. Nous nous réunissons régulièrement de façon « professionnelle » (compte rendu, timing, personne responsable) et le cadre qu’offre Bruxelles Mobilité nous structure (plan d’action et financement annuel). En outre, c’est comme s’il existait aujourd’hui un phénomène de « contagion culturelle » : le parking vélo très visible à l’entrée de l’école a comme un effet d’entraînement auprès des parents et des enfants. Au lieu de faire la morale du type « c’est mal de venir en voiture », nous essayons de donner des exemples et des alternatives pour changer les comportements. Longue vie à la mobilité douce à Saint-Joseph Boondael !

Pénélope Moorkens, pour le groupe mobilité/PDS

Ecole Saint-Joseph Boondael

Chaussée de Boondael 621, 1050 Bruxelles

20 mars 2018