L’INSTITUT PASTEUR

Article paru dans la Lettre aux habitants n°86, décembre 2015

style='float:left;'>

La page facebook de notre
échevin de l’urbanisme et de
l’environnement, Marc Cools,
nous apprend qu’à son initiative
le Conseil Communal d’Uccle a
décidé d’élaborer un Plan Particulier
d’Affectation du Sol (PPAS)
concernant une partie du plateau
Engeland, là où se trouve ce qu’on
appelle l’Institut Pasteur mais
qui est devenu l’Institut de Santé
Publique. En effet, l’Etat fédéral,
propriétaire du site, prévoit le
déménagement de cet Institut
vers Anderlecht. Que deviendra
alors ce site ucclois de 24 ha ? Il
risque fort d’être vendu.

Or, une grande partie des terrains
(17 ha) est affectée au Plan Régional
d’Affectaztion du Sol (PRAS)
en « zone d’équipement d’intérêt
collectif et de service public », ce
qui permet actuellement d’y construire également
du logement.

Vu ce contexte, l’échevin a considéré comme
important de fixer les règles de l’aménagement
futur des terrains concernés. Ce PPAS devra tenir
compte, notamment :

  • des particularités paysagères des lieux et de leur
    proximité avec une zone verte de haute valeur
    biologique,
  • du relief, dont un vallon largement arboré à protéger,
  • du fait que certaines parties du site ne pourront
    être urbanisables que dans la mesure où un raccord
    au réseau d’égout sera possible,
  • d’une densité du bâti qui devra être soutenable
    en termes d’accessibilité du site et cohérente
    avec les caractéristiques des quartiers d’habitations
    périphériques.

L’ACQU ne peut que se réjouir de cette excellente
initiative et la soutenir. Elle s’est d’ailleurs préoccupée
du sort de cette zone (Lettre n° 77 de septembre
2013, p.36 ; Lettre n° 83 de mars 2015, p.9
à 13), espérant que l’autorité prenne des mesures
pour en préserver une partie substantielle.

L’ACQU serait heureuse de pouvoir déléguer un de
ses membres au sein du comité d’accompagnement
à l’élaboration de ce futur PPAS.
Elle espère qu’ensuite l’autorité régionale emboîtera
le pas à la Commune car – il faut le rappeler - un PPAS n’a d’existence que s’il est ratifié par la
Région.

Denys Ryelandt

Schéma repris de la Lettre n°83. En liseré rouge le domaine de l’Etat ; en liseré
jaune les limites de l’espace géré actuellement par Bruxelles-Environnement ;
en liseré bleu la partie que l’ACQU suggère de retenir pour l’implantation
d’infrastructures d’intérêt public et en liseré vert la partie arrière du site que l’ACQU
demande qu’on ajoute à la zone de protection Natura 2000
1er décembre 2015