L’ARRÊT STIB, PLACE DANCO

Sur la ligne en site propre des trams 4 et 97 et des bus 43 et 98, cet arrêt vient d’être entièrement reconstruit. Avec des quais élevés au niveau du plancher des trams et des bus. Et avec un accès à partir du trottoir sans marche à traverser grâce au plateau-ralentisseur sur la chaussée. Cet aménagement facilite donc grandement l’accès aux transports en commun pour les PMR et pour les usagers porteurs d’une valise à roulettes ou poussant un landau.

Sauf que… Sauf que pour passer d’un quai à l’autre, vu la hauteur des quais par rapport au site propre, deux solutions se présentent :

  • ou traverser ce site propre : descendre la haute marche du quai, franchir le site propre sans se faire renverser par un tram et remonter la haute marche du quai opposé. Ce n’est vraiment guère commode pour les PMR ou autres personnes âgées ou munies d’un landau !...
  • ou retourner sur le trottoir par le passage clouté, marcher jusqu’au signal lumineux du carrefour du Globe, attendre parfois assez longtemps que le signal devienne vert pour les piétons, traverser et revenir en face de l’arrêt place Danco et traverser la bande de circulation par le passage clouté… Près de 150 mètres, au lieu des 6 mètres qui séparent les deux quais…

Il est pourtant évident que les usagers doivent pouvoir passer d’un quai à l’autre ! Ou à l’aller ou au retour, le « bon » quai sera une fois l’un, une fois l’autre. Ou pour les usagers en transit qui vont descendre d’un bus 43 en direction de Observatoire et qui veulent continuer avec le tram 4 pour Stalle ou le tram 97 pour Louise ou le bus 98 pour CERIA. Et ce dans un sens comme dans l’autre : on peut être dans le tram 4 provenant de Stalle et vouloir prendre le 43 provenant de Observatoire. À chaque fois, l’usager devra changer de quai !

Le hic, c’est que les passages cloutés entre les trottoirs et les quais sont au MILIEU des quais et que RIEN n’a été prévu pour passer d’un quai à l’autre ! Un comble pour un arrêt reconstruit de fond en comble.

Pire : on incite les usagers à traverser par le milieu du quai, ce qui est très dangereux. En descendant d’un bus 43 on aura tendance à franchir le site propre par l’arrière du bus afin de ne pas gêner sa remise en route. Mais des trams et des bus peuvent survenir dans l’autre sens cachés par le bus 43. Ce sont parfois aussi des vélos et des motos (qui n’ont pas le droit d’être là) ou des taxis et des véhicules d’urgence (qui eux ont le droit d’être là). La situation est heureusement plus claire quand un tram 4 (de type 4000, donc très long) est déjà arrivé à l’arrêt : là, il est tout simplement impossible de passer d’un quai à l’autre ! Vraiment très pratique.

Si on prend l’exemple des arrêts voisins Wagon ou Van Ophem : les passages cloutés trottoirs – quais et les passages de quai à quai sont aux extrémités des quais. Qui de plus sont munis d’un plan incliné pour y accéder. À ces extrémités, les trams et les bus sont normalement à l’arrêt. S’ils redémarrent, le conducteur peut voir si un piéton traverse les voies : le danger est beaucoup moins grand et il n’y a pas de hautes marches infranchissables pour les PMR.

Et ce n’est pas tout. Dans le sens vers le square Marlow, le quai à la place Danco est trop court par rapport à la taille des trams 4 de type 4000 (43 mètres de long). Les usagers de ce tram qui sortent par la dernière porte se retrouvent directement sur la chaussée ! Après des travaux qui ont duré plusieurs mois, avec la pause de tout nouveaux rails et la reconstruction totale de cet arrêt, pourquoi une telle situation ?

Parce qu’auparavant c’était déjà comme ça ? Ce n’est pas une raison pour refaire des erreurs aussi grossières et de mettre en danger les usagers des transports en commun !

Il semblerait par ailleurs qu’on ait oublié de construire des aubettes pour que les usagers puissent s’assoir ou se protéger de la pluie ! Cet automne une aubette (provisoire ?) a été placée dans le sens vers Stalle. On espère que c’est provisoire car le socle de l’aubette, une plaque en fonte déposée à même les dalles en ciment, présente un danger certain pour les malvoyants et pour tout le monde lorsqu’il y a affluence à l’arrêt (quand il y a foule, impossible de voir le sol).

Olivier Koot

3 juillet 2019