ENGELAND : LE MAUVAIS EXEMPLE.

Extrait de La Lettre aux Habitants n°77, septembre 2013

style='float:left;'>

L’implantation de 299 (4b) et 76 (4d) logements sur
le plateau Engeland (6 ha) est symptomatique de
l’incohérence qui peut exister en matière d’aménagement
du territoire :
En ce qui concerne la mobilité, le futur lotissement
est dépourvu de tout réseau de transport public et le
réseau viaire actuel n’est en rien prévu pour accueillir
un apport supplémentaire de quelques 600 véhicules.
Notons que le projet ne prévoit aucune mixité
urbaine (emplois, infrastructures d’accueil, ...). Quiconque
voudra y habiter sera forcément dépendant
de sa voiture, ce qui ne fera qu’aggraver sévèrement
les problèmes de mobilité à Uccle.
Le rejet d’eaux usées découlant de ces logements
vers le réseau d’égouttage existant sera problématique
mais c’est surtout l’imperméabilisation importante
du plateau, situé quelques 50 m au-dessus du
niveau du Geleytsbeek, qui inquiète, vu les problèmes
d’inondation que l’on connait en fond de vallée.
Les quelques dispositifs compensatoires prévus
(bassin de lagunage, etc.) risquent d’être largement
insuffisants d’autant plus qu’ils jouxtent la zone naturelle
humide du Kinsendeal en contrebas qu’il convient
impérativement de maintenir dans un état de
conservation favorable en tant que zone Natura
2000 prioritaire.
Ces deux projets constituent une cité-dortoir supplémentaire
qui au final ne profitera qu’aux investisseurs.
Un recours devant le Conseil d’Etat a été introduit
par des riverains et l’asbl SOS Kauwberg.


Vers l’article suivant : Avijl : l’option du compromis ?
Retour à l’article de tête

1er septembre 2013