Le plan bus : l’ACQU a rencontré la STIB

Article paru dans la Lettre aux habitants n°87, mars 2016

En décembre 2015, nous informions nos lecteurs du nouveau Plan Bus projeté par la STIB et invitions ceux qui les utilisent à faire part de leurs observations en vue de les communiquer à la STIB, au service Mobilité de la commune d’Uccle ainsi qu’au cabinet du Ministre Smet. Une copie a également été adressée au GUTIB et à IEB.

Les communes devaient remettre leur avis formel pour le 29 février. _
On peut s’attendre à une adoption vers Pâques 2016, et une mise en œuvre étalée jusqu’en 2018, ce plan étant lié aussi à l’acquisition de nouveaux véhicules.

DE NOMBREUSES RÉACTIONS

Suite à cet appel, l’ACQU a reçu, outre de nombreux commentaires verbaux, plus d’une trentaine de réactions écrites. Dans la foulée, un de nos comités membres a même créé un site internet sous la dénomination « La mobilité dans le sud d’Uccle ».

En tout, le nombre de personnes concernées par les réactions peut être estimé à 2500 personnes vu qu’elles représentent un nombre important d’usagers (comités de quartier, Conseil Consultatif des Locataires du Homborch, Commission de Gestion des Instituts de l’Observatoire, directions d’établissements scolaires, etc…). La très grande majorité des avis ont concerné les lignes 43 et 60.

NÉCESSITÉ DE RECTIFIER LE TIR

Dans les grandes lignes, le nouveau plan bus est positif. Du moins dans ses intentions. Le renforcement de la desserte au sud de la Commune (quartier Engeland-Verrewinkel-Homborch) est par exemple unanimement apprécié.

Toutefois, des remarques reçues, il ressort clairement qu’il faudrait revoir certains points, particulièrement en ce qui concerne les lignes 43 et 60 :

  • La ligne 43 est très importante pour la mobilité intra-communale. Elle relie entre eux de nombreux noeuds multimodaux et d’activités.
  • Quant à la ligne 60, la connexion qu’elle offre avec la gare de Calevoet, Ixelles et le quartier européen, a conditionné l’installation de nombreux riverains le long de la chaussée de St Job.
  • De manière générale, le déplacement des terminus de ces deux lignes aurait des conséquences fâcheuses et importantes en matière d’accès à plusieurs établissements scolaires (Athénée d’Uccle 1, Lycée Français, St Josef, etc.), centres commerciaux (De Fré, St Job), gares (Uccle Calevoet) et pôles d’emploi (site de l’Observatoire - 3 instituts fédéraux). La proposition de la STIB de desservir la chaussée de St Job par la nouvelle ligne 74 en remplacement de la ligne 60 ne satisfait pas du tout les besoins de déplacement des usagers.

NOUS AVONS RENCONTRÉ LA STIB

C’est donc dans l’objectif d’expliciter les souhaits des Ucclois que les administrateurs de l’ACQU ont rencontré en février Monsieur Jean-Michel Mary, le directeur du développement du réseau de la STIB. Dans le sens inverse, cette réunion nous a permis de mieux comprendre certaines des raisons qui ont poussé la STIB à définir les grandes lignes de son Plan. Nous les résumons ci-dessous : En introduction, Monsieur Mary nous a expliqué les objectifs généraux du plan : plus de véhicules (plus de 100 nouveaux bus), plus de dessertes, de meilleures fréquences, etc.

Afin d’y parvenir il s’est révélé nécessaire de restructurer le réseau . Par exemple, un travail d’identification des tronçons les plus et les moins fréquentés a motivé la STIB à redéfinir les lignes en fonction de ce critère. L’idée étant de relier entre eux les tronçons les plus fréquentés afin de les desservir par des grands bus articulés.

Évidemment plusieurs autres critères entrent en interaction : vitesse commerciale, logique structurelle du réseau, finesse des dessertes, etc. Monsieur Mary nous rappelle qu’un premier plan bus avait déjà été mis en oeuvre en 2007 et que l’actuel en poursuit les objectifs.

RENFORCEMENT DU RÉSEAU AU SUD D’UCCLE : LES LIGNES 43, 60 ET 41

La STIB est consciente de l’importance que revêt la ligne 43 en tant que ligne intra-communale. Mr Mary rappelle d’ailleurs que c’est dans cet objectif que son itinéraire avait été modifié en 2007.

Auparavant, la ligne ne desservait ni le quartier Fond’Roy ni le Fort Jaco mais rejoignait directement le Vivier d’Oie depuis le Homborch via l’avenue Dolez et la place St Job.

Toutefois, depuis lors, les bus rencontrent énormément de difficultés à respecter leurs horaires. Est en cause notamment le passage par la chaussée de Waterloo, souvent congestionnée.

Malgré cela, et malgré une sous-fréquentation des véhicules sur le tronçon compris entre le Fort Jaco et le Homborch, il n’est pas prévu de revenir à l’itinéraire d’avant 2007. Le Contrat de Gestion de la STIB lui incombe la mission de desservir l’ensemble du territoire bruxellois même si la desserte de certains quartier se révèle ne pas être directement rentable.

Ceci dit, les comptages ont révélé une fréquentation de la ligne 43 très inégale en fonction des tronçons. Aussi, comme la ligne est significativement plus utilisée entre le quartier Homborch et le centre d’Uccle, a-t-il été décidé de renforcer la desserte de ce quartier (en plein développement immobilier) en y faisant parvenir 2 autres lignes (en l’occurrence les lignes 60 déviée et 41 prolongée).

LE DÉPLACEMENT DU TERMINUS DE LA LIGNE 43 DE "OBSERVATOIRE" À "HÉROS"

Mr Mary a tout d’abord rappelé qu’avant 2007 le terminus de la ligne 43 se situait déjà à Héros. Mais si le déplacement du terminus de la ligne 43 de Observatoire à Héros a été prévu c’est surtout afin de décharger le trafic de l’avenue De Fré. En effet cette avenue est parcourue aujourd’hui par 3 lignes de bus (43, 41 et 38). A l’heure de pointe, les nombreux véhicules s’y gênent mutuellement en plus d’engorger le reste du trafic. Bruxelles-Mobilité et la STIB avaient suggéré en 2014 d’élargir un rien la voirie en vue d’y créer une 3e bande réservée aux bus mais les riverains s’y sont opposés farouchement.

VERS UNE ALTERNATIVE À LA DÉVIATION DE LA LIGNE 60

Parmi les nombreux courriers adressés à l’ACQU, plusieurs contenaient des propositions d’alternatives au Plan de la STIB. Aussi, l’ACQU a réuni autour d’une table quelques-uns de ses comités du sud d’Uccle afin d’aborder collégialement la question de la desserte de cette zone de la commune. Le fruit de ces réflexions a été transmis à monsieur Mary.

Afin d’offrir au sud de la commune, comme le propose la STIB, deux nouvelles dessertes (l’une par l’ouest via les rues du Wagon et du Bourdon et l’autre par l’est via les avenues du Wolvendael et Dolez) sans pour autant dévier la ligne 60, les possibilités sont globalement nombreuses :

Trois lignes possèdent leur terminus à Héros : 38, 75/98, 41. Il s’agit de prolonger deux d’entre elles vers le sud. Nous avons rappelé à monsieur Mary que la ligne 41 rejoignait la gare de Calevoet, via l’avenue du Wolvendael et la rue Basse, jusque 2007 et que le 38 avait Homborch comme terminus.

En outre, dans le cas où la ligne 60 n’est plus déviée, la nouvelle ligne 74, au lieu de parcourir la chaussée de St Job, pourrait elle aussi rejoindre le sud de la commune.

Enfin, la desserte du Homborch par l’ouest (rue du Bourdon) pourrait tout aussi bien être effectuée par une prolongation (et non la déviation) de la ligne 60.

En vue d’aider la STIB à trouver la meilleure solution possible, nous avons remis à monsieur Mary un tableau comparatif des avantages et inconvénients offerts par ces différentes variantes possibles selon les critères de vitesse commerciale, de finesse des dessertes et de logique de réseau. Ces documents sont disponibles sur notre site web.

Nous avons appris que le Plan Bus sera finalisé et approuvé par le Gouvernement déjà à Pâques, soit au moment où la présente Lettre sort de presse. Espérons que la STIB aura tenu compte au moins de certaines des remarques transmises.

8 avril 2016