ZIPCAR ET DRIVENOW : J’AI TESTÉ CES SYSTÈMES DE VOITURES PARTAGÉES

J’imagine que vous avez déjà vu ces voitures portant un logo aux couleurs de Zipcar ou de DriveNow. Le principe de ces voitures est le bienconnu système de voiture partagée, dont Cambio était l’un des précurseurs en Belgique. Un des avantages de ces nouveaux systèmes est que la voiture n’est pas liée à une « station » dédiée comme c’est le cas avec Cambio (ou Villo dans la version « vélos partagés »). Ces voitures peuvent être garées (quasi) partout.

Comment savoir où se trouvent ces voitures, alors ? Une appli sur smartphone s’en charge, combinant carte et fonction GPS du smartphone. Je réserve la voiture à distance, via l’appli, le temps de marcher jusqu’à son emplacement de stationnement. Oui, il est possible de trouver une de ces voitures n’importe où, garée en rue, et on peut la « redéposer » (quasi) n’importe où, en rue.

Un exemple d’utilisation : le matin, encombré de documents à distribuer, j’« emprunte » une telle voiture pour me rendre de Uccle à Woluwe, la voiture chargée. Je stationne en voirie. La « location » se termine. Et je rentre - allégé - le soir … en tram. La voiture a été « abandonnée » en rue, sans devoir m’acquitter du parcmètre (pris en charge par la société).

« Quasi » n’importe où

Il existe quand même des restrictions à l’utilisation à ce système, à savoir que la zone où on peut redéposer la voiture est limitée à une « zone d’activité ». Celle-ci est clairement affichée sur la carte de l’appli. Pour l’instant, il n’est pas question de prendre une voiture à Uccle et de l’abandonner à Hal. Non, il faut la redéposer dans la « zone d’activité ». De même, il faut redéposer la voiture dans une zone de stationnement bleue ou verte de la zone d’activité.

On ne peut la laisser dans une zone rouge ou orange. Il est bien entendu autorisé de quitter la zone d’activité. Celle-ci définit la zone de prise / remise des véhicules. Mais entre la prise et la remise, le chronomètre tourne … A noter qu’il est possible dans certaines circonstances d’emprunter une telle voiture pour la journée, à un tarif forfaitaire.

Quel intérêt ?

Du point de vue personnel, tout d’abord : notre couple ayant renoncé depuis plusieurs années à une voiture, nous avons privilégié le vélo, le scooter et bien entendu les transports en commun. Mais il arrive que, quelques fois par an, cela ne suffise pas. On ne rechigne pas à alors prendre un taxi. Mais dans certaines circonstances, il est agréable de pouvoir disposer d’une voiture, de la conduire soi-même pour transporter des grosses courses, un colis encombrant ou fragile, suivre un parcours particulier, faire étape pour charger quelqu’un, convoyer une personne moins valide, etc. Au final, quelles économies d’éviter l’achat d’une voiture qui roulerait peu. Ni entretien, ni taxe, ni assurance.

Sur le plan collectif, l’intérêt de ce système est évidemment le partage d’un moyen de locomotion. Les voitures en stationnement « consomment » énormément de surface de l’espace public. Combien de voitures stationnées en rue sont des voitures « ventouses » ? Diminuer le nombre de voitures passe aussi par une diminution du nombre de voitures … en stationnement. Certaines rues sont saturées de voitures en stationnement. Ce qui a obligé de rendre certaines rues à sens unique pour pouvoir garer des 2 côtés de la rue. Le besoin en stationnement des voitures entre en compétition avec l’espace public qui devrait être dévolu aux vélos, aux piétons, aux arbres, aux transports en commun et … à la circulation. Combien de trottoirs ont été rétrécis pour laisser place aux voitures en stationnement ?

Bien sûr, il n’est pas réaliste de penser que ce système de voiture partagée puisse remplacer une part majoritaire du parc automobile. Mais réduire de quelques pourcents les voitures en stationnement dans votre quartier, c’est déjà lui redonner un peu « d’air » et redescendre sous le seuil de saturation. De même, cette flotte de voitures n’est pas destinée à renforcer les trajets automobiles en heures de pointe. Vous le verrez plus loin : la facturation à la minute est à cet égard intelligente.

Aller simple

Mon neveu m’a avoué utiliser ces voitures pour ses sorties du samedi soir. Pour l’aller seulement. Il fait son retour en taxi. La découverte d’une autre forme de Bob ? En tout cas, je le trouve très responsable, mon neveu. S’il avait pris sa propre voiture pour l’aller, je n’imagine que trop bien le retour. La voiture peut également être laissée / prise à l’aéroport. Il vous en coûtera, en sus du trajet, 10 EUR, deux fois. Bien moins que le parking que vous auriez payé pour votre voiture durant la durée de votre séjour à l’étranger.

Quels coûts ?

33 cents la minute, pour DriveNow. 25 cents pour Zipcar. 69 EUR pour 24 heures. Tout compris : essence comprise, parcmètre compris. Et le plein d’essence ? Dans la voiture, se trouve une carte-essence. Si la voiture à une jauge un peu basse (vous le savez dès la réservation, via l’appli), vous pouvez prendre le temps de faire le plein, aux frais de la société. Pour valoriser ce temps passé à faire le plein, vous sont offertes des minutes gratuites.

Essayer

La carte d’inscription est gratuite ou à faible coût. Il ne s’agit pas d’un « abonnement ». Vous ne payez que lorsque vous utilisez une voiture. Pour ma part, j’ai pris les deux cartes. J’en suis ravi. Cela vaut la peine, ne fut-ce que de l’essayer. Même si vous ne l’utilisez que très occasionnellement.

Qui est derrière ces initiatives ? Pas de secret : des sociétés de location de voitures et des constructeurs automobiles. DriveNow, ce sont - dans Bruxelles- 300 voitures Mini et BMW exclusivement, dont quelques voitures électriques. Zipcar, c’est 250 Peugeot 208. Des voitures modernes et bien équipées : GPS, aide au stationnement, etc.

A noter qu’il existe aussi ZenCar, uniquement en voiture électrique (je n’ai pas essayé). Mais le concept est forcément plus limité, vu la nécessité de prendre et remettre la voiture à une borne de recharge.

En conclusion : ce n’est bien sûr pas la panacée. Mais assurément une pierre à l’édifice d’une nouvelle mobilité, toujours à construire. Un concept à essayer.

Plus d’infos et de détails sur : www.zipcar.be / www.drive-now.com L.D. - Uccle


LA MOBILITE AU SUD D’UCCLE

Tous les Ucclois – et pas seulement ceux du sud de notre Commune – devraient prendre connaissance de ce site remarquablement bien conçu, très complet, et qui fourmille de renseignements instructifs.

Son auteur – Olivier Koot – a réussi à présenter de manière limpide, avec des critiques quand c’est nécessaire, et même en illustrant son propos, la problématique des déplacements à Uccle, que ce soit en bus, en tram, en train, en voiture, à vélo, à pied, + une section sur les extensions immobilières imminentes au sud d’Uccle pour attirer l’attention sur leurs conséquences prévisibles sur la mobilité. Existe-t-il un instrument similaire aussi bien réalisé ailleurs dans Bruxelles ?

http://users.skynet.be/boisdeverrew...


Mobilité

Depuis quelques années la mobilité constitue un aspect important de l’activité de l’ACQU.