Des potagers et des composts en région bruxelloise, quel intérêt ?

Article paru dans La Lettre aux Habitant n°84, juin 2015

Jardin collectif au Kauwberg - photo Jean Lesseul 2014

Il est symptomatique que même l’association de consommateurs Tests-Achats estime que les potagers urbains ont un impact positif d’un point de vue économique et écologique (n°585 d’avril 2014).

Les potagers urbains constituent des lieux de rencontre idéaux entre différentes générations et cultures et ont un impact important sur la cohésion sociale des quartiers.

Au niveau écologique et environnemental, on peut tabler sur une augmentation de la biodiversité car on produit "local" et de "saison" et on recycle en compostant. C’est également un plus pour la perméabilité des sols. On pollue moins puisque moins de transport (production locale). En compostant, on évitera aussi le gaspillage énergétique des camions poubelles qui collectent et transportent des déchets de cuisine, humides, pour les incinérer. On utilise moins ou pas du tout de pesticides. C’est en tous les cas un des objectifs de la plupart des potagers collectifs et régionaux. C’est vrai aussi pour le nouveau site potager communal de la chaussée de Neerstalle.

Au niveau économique, coût moindre que celui des légumes achetés dans le commerce et même création d’emplois dans le cadre du retour du maraîchage en zone urbaine.

Au niveau urbanistique, diversification et verdurisation du paysage, valorisation d’espaces inoccupés, gestion de l’espace par les citoyens .


Retour vers : Les jardins pédagogiques et les jardins partagés à Uccle, Une richesse à développer

1er juin 2015