Avenue du Prince de Ligne, Projet SOFICOM : façades le long du chemin de fer

  • Les immeubles le long du chemin de fer présentent, pour la plupart, les fenêtres des chambres donnant directement sur les voies , alors que ces immeubles seraient implantés, selon les plan auquel on se réfère, pour partie à moins de 4 mètres de la limite arrière du terrain, et que les saillies des étages (1.50 mètre de profondeur) sont en conséquence plus proches encore de la limite du domaine du chemin de fer : il est à noter que le RRU précise en son article 16 titre VII que la distance minimum entre une façade et la couronne de l’arbre à son développement maximum est de 2 mètres minimum et que le Code rural précise que tout arbre de plus de 4 mètres doit être implanté à 2 mètres minimum d’une limite parcellaire ;
  • Il en découle une impossibilité d’apprécier à quelle distance de la limite du domaine de la SNCB le projet s’implante et dans quelle mesure la distance, qui apparaît insuffisante et que l’on doit estimer va devoir être augmentée ;
  • En effet, vu la longueur totale du développement du front bâti, agrandie par rapport à la demande n°38596 à plus de 180 mètres, et vu les ouvertures des nombreuses fenêtres des chambres, il y a lieu d’augmenter cette distance à minimum 6 mètres ( saillies comprises) pour le nu extérieur des murs hors et en sous-sol, de sorte à permettre la plantation d’arbres à hautes tige non palissés et de couronne suffisante, répondant aux objectifs du PRAS (prescription générale 0.2) en terme de maillage vert, sans constituer pour autant une gêne pour les logements ;
  • Que les saillies prévues aux étages ne peuvent pas dépasser de plus de 60 cm du nu extérieur du rez-de-chaussée, soit d’éloigner encore ce dernier de la limite arrière du terrain.

RETOUR