AVIJL : L’OPTION DU COMPROMIS ?

Extrait de La Lettre aux Habitants n°77, septembre 2013

Un long combat a opposé les riverains à la commune d’Uccle propriétaire des terrains (depuis la faillite de la société Etrimo qui prévoyait originellement de lotir le site d’immeubles-barres).

Initialement, le projet de la Commune était d’y construire exclusivement du logement social. En 1988 un PPAS (n°28 bis) fut élaboré en ce sens en collaboration avec le comité d’habitants de l’époque. Ce plan, qui prévoyait 312 logements, ne fut pas réalisé faute de moyens financiers. Progressivement, la nature reprit possession du site qui par ailleurs se couvrait de potagers. Un renouvellement de la population, issue majoritairement de la classe moyenne, eut également lieu. Une nouvelle adaptation du PPAS (PPAS 28 ter approuvé en 2009 mais pas encore d’application en 2013 suite à une abrogation très partielle) entraîna une remise en cause du projet par les nouveaux arrivants. S’ensuivit la décision de la Commune de réduire le nombre de logements (majoritairement prévus sur le pourtour du site), de réduire leur impact sur les potagers et de les affecter en grande partie au « logement moyen ». Les habitants, quant à eux, continuent à réclamer une meilleure préservation du coeur du plateau. Notons que la desserte du site n’est pas trop mauvaise (sans être optimale) puisque il se situe à proximité des lignes de tram (92) de bus (60) et de train (124). Par ailleurs la proximité avec la place de St Job lui assure le voisinage d’un noyau commercial non négligeable.


Vers l’article suivant : Pasteur et Pâturins : le grand risque.

Retour à l’article de tête : La Genèse et l’avenir des espaces verts ucclois : les enjeux actuels

1er septembre 2013