janvier 2012 - Rue du Bourdon 165 : demande de certificat d’urbanisme - Note explicative

Rue du Bourdon 165 : demande de certificat d’urbanisme pour la construction d’un immeuble à 8 appartements sur une parcelle non bâtie (Nos. Ref. BO 879) NOTE EXPLICATIVE

La parcelle est située en zone mixte au Pras, ces zones sont affectées au logement. Le terrain n’est pas compris dans un PPAS ni dans un lotissement.

Le quartier est essentiellement résidentiel. La rue est longée par des habitations, et des activités productives se situent en intérieur d’îlot. Ce tronçon de la rue du bourdon est bordé par le chemin de fer et la gare du Moensberg se trouve à 500 mètres vers le sud. Le terrain se situe en about d’une série de maisons groupées, et la rue n’est ensuite plus bâtie sur prés de 1km en direction ä de la commune de Linkebeek. En effet, elle est bordée par le chemin de fer d’un côté et par le cimetière de Saint-Gilles de l’autre.

Le site se trouve à la porte de la Région Bruxelloise et, en quelque sorte, il en marque l’entrée.

Le terrain a la particularité d’avoir une forme triangulaire et d’être en pente depuis la rue vers l’arrière du site. Au sud-ouest, il est bordé par le chemin piéton et cycliste n° 122 (le Linthoutweg) qui relie la rue du Bourdon à la rue de Calevoet. Le cimetière de Saint Gilles se trouve de l’autre côté du chemin. Celui-ci est bordé par un haut mur d’enceinte. Les vues sont donc très dégagées au sud-ouest de par la pente du terrain mais également de par l’absence de construction haute dans le cimetière.

La parcelle présente une déclivité importante (± 7m) entre le haut du terrain (angle Bourdon - Linthoutweg) et son point le plus bas (fond du terrain le long du Linthoutweg). Cette pente rend l’aménagement d’un jardin compliqué car largement en contrebas du niveau de la rue et donc difficilement accessible.

Enfin, le terrain est actuellement inutilisé et une végétation spontanée sans grand intérêt paysager s’y est développée avec le temps. Celle-ci est principalement constituée d’acacias de différentes tailles. On y trouve également un saule à front de rue et l’un ou l’autre érable. Le saule ainsi qu’un grand nombre d’acacias sont penchés, menacent ou sont tombés. En périphérie, les arbres sont tordus et surplombent l’espace public.

LE PROJET

La localisation du terrain en entrée de ville, le cadre résidentiel environnant, sa forme triangulaire et ses particularités topographiques ont conduit à la mise au point d’un bâtiment d’about comprenant B appartements.

Le bâtiment s’implante dans la suite logique des constructions en ordre semi-ouvert de la rue du Bourdon, à savoir un ensemble construit d’une trentaine de mètres de long, l’équivalent de 5 maisons unifamiliales.

Le projet respecte les distances de recul présentes dans le quartier. L’alignement avant est conservé et les reculs latéraux sont de 4 mètres.

Le gabarit projeté est également similaire à celui des bâtiments de la rue (R+2+T). Les niveaux sous corniche de la rue correspondent à la hauteur de la façade du projet. L’étage en retrait de la toiture se calque sur le gabarit des toitures voisines, tant en profondeur que latéralement au Nord. Seuls deux bow window qui suivent la pente de la rue animent la façade avant. Ce jeu d’avancées et la présence d’un retrait dans le plan de la façade permettent de conserver un rythme vertical dans la rue, même si le bâtiment en représente l’aboutissement.

Le projet s’affirme en effet comme bâtiment d’about, et ce notamment par l’ajout d’un étage supplémentaire au Sud. Ce troisième étage suit l’ascension de la rue qui, d’un côté à l’autre du terrain, présente une déclivité de près de 2.50 mètres.

La volumétrie arrière du bâtiment s’inspire du jeu des courbes de niveau de la pente du terrain. Les retraits dégressifs des étages et le jeu changeant de l’inclinaison des façades arrière animent le bâtiment et offrent des grandes terrasses bien orientées et à la vue dégagée. Certaines parties de ces terrasses sont aménagées en toiture verte afin de préserver une distance de confort entre les occupants.

A l’arrière du bâtiment, le parking est enterré et offre également des terrasses aux appartements du rez de chaussée qui n’ont pas d’accès direct au niveau naturel du terrain en contrebas.

Le rez-de-chaussée présente une profondeur de 13m. ll dépasse de 2.80m l’alignement arrière du voisin de droite. Il est toutefois à noter que certaines maisons disposent d’annexes à l’arrière qui ont la même profondeur que celle du rez projeté. Les étages supérieurs sont dégressifs en profondeur. Le premier étage s’aligne sur la façade arrière du voisin de droite tandis que le deuxième présente un retrait d’alignement de ±1m.

Une rampe extérieure donne accès au parking enterré. Celle-ci longe le Linthoutvreg à une distance de 1.50 m, ce qui permet d’y planter un écran végétal constitué de végétation basse et d’arbres palissés. La rampe et l’accès piéton sont traités de manière perméable (bufierklinker par exemple).

Des jardins privatifs sont aménagés dans la zone de recul avant et au Nord. Ils sont cloturés par une haie. Au Sud, la zone de recul accueille un arbre à haute tige qui marque l’angle du terrain. Le Linthoutmreg est bordé d’une haie vive et d’arbres palissés, le tout formant un écran végétal à double hauteur. Enfin, l’arrière du terrain est aménagé en aire de jeu commune. Celle-ci profite de la déclivité du terrain par un aménagement en terrasses et des plantations d’arbustes dans l’esprit du bosquet existant.

LE RÈGLEMENT RÉGIONAL D’URBANISME

Titre 1 Chapitre 2 - Section 2 : Article 7 : « Hors sol, la construction est implantée à une distance appropriée des limites du terrain compte tenu du gabarit des constructions qui l’entourent, de son propre gabarit, du front de bâtisse existant et de la préservation de l’ensoleillement des terrains voisins. »

La zone de recul avant est identique à celle des constructions environnantes. Les zones de recul latérales sont également identiques à celles des constructions voisines. Seule la rampe d’accès au garage enterré est située le long du chemin piéton, mais elle est dissimulée derrière diverses plantations (clôture + haie vive + arbres palissés). « La construction en sous-sol est soit recouverte d’une couche de terre arable de 0.60 mètre au moins sur toute la surface qui n’est pas construite hors sol, soit aménagée en terrasse. »

La toiture de la construction en sous-sol est aménagée en terrasse. Elle est verdurisée aux endroits où elle n’est pas accessible.

Article 8 : « La hauteur des constructions ne dépasse pas la moyenne des hauteurs de constructions sises sur les terrains qui entourent le terrain considéré, … »

Le gabarit projeté est similaire à celui des bâtiments de la rue (R+2+T). Les niveaux sous corniche de la rue correspondent à la hauteur de la façade du projet. Le projet s’affirme comme bâtiment d’about, et ce notamment par l’ajout d’un étage au Sud. Ce troisième étage suit l’ascension de la rue qui, d’un côté à l’autre du terrain, présente une déclivité de près de 2.50 mètres. Cet élément saillant ne dépasse pas les 113 de la largeur totale de façade.

Chapitre 4 - Article 13 : « La zone de cours et jardins comporte une surface perméable au moins égale à 50% de sa surface. »

Si l’on tient compte d’une profondeur de construction de 13 mètres, la surface de cour et jardins est de 405 m2. L’emprise du sous sol dans cette zone est de 84 m2, y compris la zone couverte devant la porte de garage, soit à peu près 20 % de la zone ce qui est largement inférieur à la prescription du RRU.

MATÉRIAUX DE FAÇADE

Les matériaux de façade projetés sont sobres, efficaces et contemporains.

Les façades pleines sont recouvertes d’un enduit sur isolant de teinte gris clair. En façade avant, le retrait qui marque la verticalité de l’ensemble est traité dans une couleur légèrement plus sombre. Ce matériau léger ne nécessite pas de reprises de parement au-dessus des grandes baies de la façade arrière. Ceci permet de limiter les ponts thermiques, les risques d’infiltration et de faciliter la mise en œuvre des façades.

Les châssis sont en bois peint et équipés de vitrages super isolants.

Des éléments de remplissage en bois sont prévus entre les fenêtres. Le bois sera de ton naturel et non traité. En façade arrière, il souligne l’horizontalité de l’aménagement en terrasse et leur donne une tonalité chaleureuse. A l’avant, il offre une variété ludique à la façade.