Vers quel réaménagement de la place Vanderkindere ?

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 68, juin 2011.


LES PROJETS D’AMÉNAGEMENT DE LA RÉGION ET DE LA STIB

La STIB, en coordination avec la Région (Bruxelles-Mobilité), prévoit de déposer incessamment une demande de permis pour le réaménagement des avenues Churchill et Albert ainsi que de la place Vanderkindere. Il semble qu’il y aura deux dossiers : le réaménagement de l’avenue Albert d’une part, et le réaménagement de l’avenue Churchill et de la place Vanderkindere d’autre part.

L’ensemble du projet prévoit l’abattage de l’ensemble des marronniers des deux avenues et leur remplacement par des jeunes platanes. Cette dernière question est traitée dans un article séparé.


AVENUE ALBERT

Le projet concernant le réaménagement de l’avenue Albert est le seul à être clairement connu puisque les plans ont été publiés sur le site internet de Bruxelles- Mobilité. La demande de permis d’urbanisme est apparemment finalisée mais le dossier reste en attente de crédits. Le projet prévoit un réaménagement complet de la voirie. L’ACQU se réjouit de certaines des options prises notamment en faveur de la mobilité « douce » : une véritable piste cyclable sera aménagée dans chaque sens de circulation et, malgré que cela ne soit pas très visible sur les plans, les trottoirs actuellement trop étroits seront élargis. Il est en outre prévu de refaire les quais d’embarquement desservant les lignes de tram et de réorganiser les zones de stationnement. Pour permettre l’application effective de cet aménagement, la voirie carrossable sera réduite à une bande de circulation dans chaque sens, excepté le tronçon compris entre la rue Meyerbeer et la place Vanderkindere.



AVENUE CHURCHILL ET PLACE VANDERKINDERE

Ici, les plans ne sont pas encore divulgués. Néanmoins l’élément clef du projet est connu. Il s’agit de l’aménagement d’une troisième voie de tram au début de l’avenue Churchill (côté impair). L’objectif de cette troisième voie est de permettre les allers-retours et le stationnement (terminus) des trams 7 sans gêner le passage simultané des trams 3 qui continueront à effectuer leurs allers-retours via la boucle du rond-point Churchill. Selon ce projet, les correspondances entre les lignes 3 et 7 auront lieu exclusivement à l’arrêt Vanderkindere et non plus au rond point Churchill. Le tram 3 roulera donc à vide entre l’arrêt Vanderkindere et le rond-point Churchill pour y stationner. Outre la pose d’une troisième voie, la STIB prévoit également un léger réaménagement de la place Vanderkindere dans le but affiché d’améliorer la sécurité des transferts piétons entre les différentes lignes de tram. Ces transferts ont lieu aujourd’hui de manière anarchique et dangereuse. Le réaménagement du carrefour est techniquement inévitable pour la STIB dans la mesure où la longueur des nouveaux trams (T4000) nécessite la construction de quais plus longs. Ces travaux d’allongement des quais ont d’ailleurs déjà récemment été effectués (avant obtention de permis !) et donc hélas avant que n’aie été évaluée la pertinence globale du projet.






L’ANALYSE DU PROJET DE LA STIB

LES OBJECTIFS DE LA STIB
On peut résumer les objectifs poursuivis par la STIB à trois points :
- Optimaliser l’offre : Comme il se doit de toute bonne entreprise prestataire de service, l’objectif de la STIB est l’optimalisation de son offre en fonction de la demande. D’où la volonté légitime d’améliorer les correspondances entre les trams des lignes 3 et 7.
- Adaptation technique : L’allongement des quais est nécessaire pour les adapter aux trams 4000 ; ce qui implique le réaménagement inévitable du carrefour Vanderkindere.
- Logistique : Le remplacement des vieux marronniers par de jeunes platanes. (voir article ci- après)

Hormis ces trois points, le reste ne semble avoir été traité que secondairement. Ainsi peut-on douter de la plus-value des aménagements prévus par la STIB en matière de sécurité, de confort et de convivialité pour les riverains et les usagers de l’espace public en cause.

PLACE VANDERKINDERE, UN CARREFOUR DANGEREUX

La place Vanderkindere constitue un lieu particulièrement dangereux. Cette situation découle de la concentration sur cette place du croisement de trois axes de circulation : Brugmann, Vanderkindere et Churchill-Albert. Les nombreuses possibilités directionnelles offertes aux véhicules ont pour résultat d’engorger le carrefour, ralentir la circulation des trams et rendre l’espace dangereux pour les piétons.

JPEG - 67.3 ko
La place Vanderkindere : un carrefour à six branches.

Les quais des trams restent éparpillés aux quatre coins de ce carrefour très encombré, obligeant les usagers à de dangereuses tra- versées en tous sens. Le projet de la STIB, qui a uniquement une portée technique (allongement des quais et troisième voie avenue Churchill) n’apportera AUCUNE solution aux nombreux problèmes et situations dangereuses évoquées ci-dessus.


JPEG - 80.8 ko
Conflit entre tram et voiture...
  • RÉFLEXIONS DE L’ACQU EN VUE D’AMÉLIORER TANT LE RÉAMÉNAGEMENT DE L’ESPACE PUBLIC QUE L’OFFRE DES TRAMS

Vu ce qui précède, on comprendra qu’il est important de traiter séparément le réaménagement du carrefour Vanderkindere de la correspondance entre les lignes 7 et 3. Les deux dossiers sont liés mais ne sont pas interdépendants à tous niveaux. Que la correspondance entre les lignes 7 et 3 ait lieu à Churchill, à Albert ou ailleurs, le place Vanderkindere demeurera inexorablement un croisement pour les usagers du tram ne fut-ce que par le fait du passage du tram 92 (avenue Brugmann). Nous allons donc dis- tinguer les deux aspects.





ALTERNATIVE PROPOSÉE : REGROUPER LES QUAIS D’EMBARQUEMENT.

Le modèle développé ci-dessous privilégie la circulation des trams ainsi qu’un accès piéton plus sécurisé vers les quais. Le principe consiste à rassembler les différents quais des trams 3, 4,7 et 92 en une plateforme de correspondances centrale, confortable, efficace et surtout sécurisée pour les usagers des transports en commun. Ceux-ci pourront ainsi changer de tram sans devoir traverser le carrefour de part en part. Concrètement, nous suggérons de regrouper les quatre quais de correspondance à l’intersection des avenues Albert et Brugmann. Ceux actuellement situés avenue Churchill (actuel point de rebroussement du 3) et avenue Brugmann (quai d’embarquement vers Uccle) seraient de fait supprimés.



Par ailleurs, dans le cas où le placement d’une troisième voie serait véritablement nécessaire (rebroussement du tram 7) nous suggérons non pas de l’installer avenue Churchill mais plutôt le long de l’avenue Albert, côté des numéros pairs. De cette manière, selon la logique que nous défendons, tous les arrêts restent concentrés en un même endroit. Notons que notre proposition d’aménagement, vu la superficie limitée de la place, aboutit inévitablement à une réduction de l’espace attribué à l’automobile :
- La traversée de la place Vanderkindere par la rue Vanderkindere est supprimée suite à l’allongement du quai d’embarquement en direction du centre ville (proposition déjà émise par le projet de la STIB). La suppression de cet axe permet de fluidifier le passage des trams.
- L’option « tourne à gauche » en venant de Churchill ou de Brugmann vers la rue Vanderkindere (direction Forest) est supprimée, assurant ainsi une meilleure fluidité des trams à cet endroit.
- La traversée de la place, dans l’axe de l’avenue Brugmann et en direction d’Uccle, est déviée via l’avenue Albert, permettant de la sorte de garantir un espace plus vaste pour le déve- loppement des quais de la STIB. Cette option a également l’avantage de permettre au trafic automobile en provenance du centre ville d’accéder directement à la rue Vanderkindere (vers Forest).



Toutes ces mesures vont dans le sens des recommandations du Plan Iris 2 : « gérer durablement la mobilité en réduisant la pré- éminence de la voiture ».

ALTERNATIVES À L’AMÉNAGEMENT D’UNE TROISIÈME VOIE DE TRAM.

Rappelons ici que la STIB prévoit l’aménagement d’une troisième voie avenue Churchill pour accueillir le terminus du tram 7 et son rebroussement vers la grande ceinture. Cette option nous semble peu avantageuse dans la mesure où l’on ne fait que déplacer de quelques trois cents mètres la zone de correspondance actuelle. Pour notre part, nous soutenons le rétablissement d’une grande rocade sans rupture de charge le long de la moyenne ceinture.

- Vers une rocade de moyenne ceinture ou la fusion des lignes 7 et 3.

L’ACQU et son comité Longchamp-Messidor plaident depuis longtemps pour la fusion des trams 7 et 3. Il ne s’agirait que d’une fusion partielle puisque, partant du Heysel, et après avoir parcouru la moyenne ceinture, la ligne posséderait son terminus à la gare du Nord. Elle ne retournerait au Heysel qu’en sens inverse. Seul le tronçon sous-terrain du tram 3 serait ainsi fusionné à la ligne 7 soit un prolongement de quelques kilomètres à peine par rapport à la situation actuelle.

Notons qu’il est nécessaire, afin d’assurer la régularité des véhicules parcourant cette rocade, de lui assurer un « site propre » sur toute la longueur de son tracé. Ainsi, cette régularité dépendra-t-elle notamment des dispositions urbanistiques qui seront adoptées pour faciliter la traversée des trams au niveau du quartier de « La Bascule ». La partie de la chaussée de Waterloo, comprise entre l’avenue Churchill et l’avenue Legrand constitue en effet un point d’étranglement important pour le tram 7 (ainsi que pour plusieurs lignes de bus). Selon un projet, actuellement à l’enquête publique (mai/juin 2011), Bruxelles-Mobilité et la STIB y envisagent l’aménagement d’un site propre, non pas en double sens mais, hélas, uniquement pour la circulation en direction de l’avenue Churchill. Cette (demi) mesure est excellente mais la circulation des trams depuis Uccle vers la moyenne Ceinture restera donc, et on le regrette, prisonnière du trafic automobile.

- Vers une rocade de moyenne ceinture plus courte : Terminus du tram 7 à la station Albert.



On peut aussi envisager de reporter le terminus du tram 7 à la station de pré-métro Albert. Par le passé, la Commune d’Uccle et le Gouvernement Régional étaient favorables à cette option. Cette alternative aurait l’avantage de regrouper en un seul lieu les lignes 3, 4, 7 et 51, et donc de faciliter les correspondances des usagers.

La station Albert n’est cependant actuellement aménagée que pour permettre le passage des trams et non leur terminus et leur rebroussement. Il serait donc nécessaire de reconfigurer la station pour y aménager un terminus pour le tram 7. Celui-ci pourrait éventuellement être aménagé au sein de la trémie de l’avenue de Jupiter (accès actuellement utilisé par le tram 51). La STIB a d’ailleurs par le passé déjà envisagé l’élargissement de cette trémie afin d’y aménager une troisième voie.

Pour le groupe Mobilité de l’ACQU ENGUERRAND DAVID et FRANÇOIS GLORIE

juin 2011