VALLÉE DE L’UKKELBEEK : QUELLES INTERACTIONS ENTRE LE RUISSEAU ET LE FUTUR BASSIN D’ORAGE ?

Le cours d’eau s’écoule en parallèle au tracé prévu pour le futur bassin d’orage. La profondeur du pertuis souterrain du ruisseau est évidemment bien moins importante que celle du futur bassin d’orage prévu par Vivaqua. Néanmoins il s’agira, lors du chantier de réalisation de ce bassin d’orage, d’être très vigilant en ce qui concerne l’Ukkelbeek. D’autant plus que lors de sondages préliminaires réalisés par Vivaqua, il s’est avéré que l’état de la canalisation du ruisseau était déplorable et très peu étanche [1] .

Notons que le bassin d’orage n’est pas prévu pour desservir les trop-pleins de l’Ukkelbeek. Aucune interaction n’est donc prévue entre les deux. Ceci justifie d’autant plus l’intérêt de garder l’étang du Moulin Blanc comme exutoire au ruisseau en cas de crue.

Ci-dessus : Etang du Moulin Blanc alors qu’il était encore alimenté en eaux claires.

L’étang du Moulin Blanc se serait malencontreusement vidé en 2011 lors d’interventions de Vivaqua à la hauteur du square Danco (voir note 4). Ceci pourrait être la preuve que cette pièce d’eau n’est pas alimentée seulement par la nappe mais avant tout par l’Ukkelbeek.

Les investigations menées par l’IBGE – Bruxelles Environnement devraient prochainement pouvoir déterminer si l’Ukkelbeek est connecté à l’étang et si le niveau du cours d’eau se situe plus bas ou plus haut que l’étang. S’il s’avère qu’il se situe en contrebas, cela veut dire que le cours d’eau alimente l’étang par débordement. Dans ce cas, l’étang doit servir – et ceci quasi par destination - de bassin d’orage pour le ruisseau. Heureusement l’avis de la commission de concertation du 20 février 2013 semble aller également dans ce sens.

[1] A la hauteur de la place Danco, l’effondrement d’un morceau de la canalisation a obligé Vivaqua à détourner momentanément le cours d’eau vers les égouts. Une fois les réparations faites à la place Danco (par la pose d’un nouveau tuyau), Vivaqua prévoyait de rétablir le cours du ruisseau. Une offre de prix est en cours de réalisation pour approbation à la commune gestionnaire du cours d’eau. S’en suivra des contacts avec la commission mobilité, gestionnaire de la voirie régionale, pour réaliser la continuité perdue.