Uccle Oxy durable - un quartier durable - acte II

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 65, septembre 2010.


Nous avons déjà relaté, dans le numéro précédent (n° 64), l’inauguration de ce projet de « quartier durable » à Uccle, le 22 avril 2010, en présence d’élus de la commune d’Uccle et devant un parterre d’habitants attentifs :

Les habitants de quinze rues et environs se sont associés pour aborder le futur sous l’angle de «  l’Agenda 21 » et de la notion du « développement durable ».

Rappelons que l’ASBL « Oxy 15, mon quartier ma vie » regroupe les rues Bernaerts, Château d’Eau, Colonel Chaltin, Coq, Delvaux, Fauvette, Paul Hankar, Klipveld, Moutons, Overhem, Poussins, Repos, Robert Scott, ainsi que les avenues Vanderaey et Van Zuylen. Cette ASBL est à l’initiative du projet « Uccle Oxy durable ».

C’est maintenant le temps des réalisations. Des groupes se sont formés et tous les habi- tants du quartier sont d’ailleurs invités à rejoindre les équipes. Voyez le site www/oxy-durable.

Des réalisations concrètes ont déjà vu le jour :

Dans le domaine d’une sensibili- sation à une meilleure gestion des déchets :

L’ouverture, le 5 septembre 2010, d’un centre de compostage collectif au parc de Wolvendael, (entrée rue Rouge). La fête des enfants fut l’occasion d’inaugurer ce centre en présence de Mme E. HUYTEBROECK, Ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale chargée de l’environnement, et de plusieurs membres du Collège, dont l’Echevin compétent pour les espaces verts, M. DILLIÈS et l’Echevin de l’Environnement, M. COOLS, ainsi que plusieurs autres Conseillers Communaux.

Suivez les flèches... Des panneaux explicatifs vous en diront plus sur la manière de composter…

Parallèlement, un projet pédagogique va être initié à l’école du Wolvenberg, anciennement « La Pomme », rue du Château d’Eau, afin de sensibiliser les enfants (et leurs parents) à cette démarche du compostage.

Dans le domaine d’une sensibili- sation à la conservation de l’en- vironnement – énergie :

Un projet pédagogique est en place auprès des enfants de l’école « Plein air », au Dieweg. Il se déroulera tout au long de l’année scolaire 2010-2011. Les professeurs, mais aussi quelques chercheurs de l’Observatoire d’Uccle et le concours des jeunesses scientifiques, y participent. Nous en reparlerons, bien sûr…

Dans le domaine d’une sensibili- sation à la protection du patrimoine du quartier :

Déjà des visites du quartier ont été organisées dans le courant du mois d’août afin de dresser un inventaire des spécificités du quartier. Tout d’abord, la découverte du patrimoine naturel en présence de M. Olivier DECOCQ, naturaliste du centre « Paul DUVIGNEAUD ». Ensuite, la découverte du patrimoine bâti et historique, avec la collaboration de M. Patrick AMEEUW du « Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore d’Uccle ». Une brochure sera éditée dans le courant de l’année 2011, qui amènera les habitants à découvrir leur quartier sous un angle nouveau…

Et enfin, dans le domaine d’un mieux vivre ensemble :

Il est connu que la plupart des rues de ce quartier, situé entre quatre grands axes, subissent depuis trop longtemps les nuisances d’un trafic automobile intense. Les habitants souffrent d’un mal-être au milieu de ce déferlement journalier de véhicules de plus en plus lourds et polluants, qui empruntent le quartier…

La Commune semble être de plus en plus consciente du malaise des habitants. En tant que partenaire du projet « Oxy-durable », elle devrait prendre en considération le caractère hautement social de certaines rues (une école rue du Château d’Eau et un centre paroissial rue du Coq), ainsi que le caractère résidentiel des autres rues. Cela devrait mener logiquement à la suppression des axes de transit automobile et à la mise en place — pourquoi pas ? — de zones de rencontre et de zones de circulation apaisée.

La plupart des habitants de ce quartier aspirent d’ailleurs à un changement profond de leur environnement. Une soirée de réflexion, en présence de quatre architectes, a montré ce désir de donner priorité, non pas aux voitures et aux camions, mais aux piétons, aux personnes âgées, ainsi qu’à l’utilisation du vélo par les jeunes générations, etc..., autant de principes mis en application dans d’autres grandes villes et communes, et qui permettent aux habitants de mieux vivre ensemble.

C’est d’ailleurs avec la plus grande fermeté que les habitants envisagent des actions citoyennes, si aucun aménagement n’est mis en place pour apporter des solutions efficaces et durables, notamment, pour supprimer les axes de transit automobile dans leur quartier. Un seul objectif : renforcer la sécurité des usagers faibles et améliorer la qualité de vie des habitants

En attendant, ils comptent bien mettre sur pied une grande fête de quartier, qui se déroulera au printemps 2011. Mais, de cela, nous reparlerons dans le prochain numéro.

A bientôt donc.

Pour le comité pilote,
Patricia GHYOROS
Xavier RETAILLEAU

septembre 2010