AVIS FAVORABLE SOUS CONDITIONS POUR LA RÉAFFECTATION DU SITE DE L’ANCIEN MOULIN BLANC.

En sa séance du mercredi 20 février 2013 la Commission de Concertation à remis un avis favorable sous conditions pour la réaffectation du site de l’ancien Moulin Blanc. L’importance des conditions obligera néanmoins dans le futur à la réorganisation d’une nouvelle enquête publique.

Téléchargez ci-dessous le texte complet de l’avis (20 février 2013) :

PDF - 85.1 ko

NOTRE DOSSIER TEL QUE PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE L’ENQUÊTE PUBLIQUE (janvier 2013) :


Le site du Moulin Blanc, situé le long de la rue de Stalle et à deux pas de la chapelle de Stalle, est connu pour son étang et son cadre champêtre bucolique. L’entièreté du site constitue vraisemblablement une sorte de grand bassin d’orage naturel. Excepté l’étang et ses abords (zone verte), le terrain est toutefois légalement constructible. Le projet actuellement à l’enquête y prévoit l’aménagement d’un complexe de 30 logements + 50 emplacements de parking. Sont prévus entre autres la restructuration tant des bâtiments historiques que de l’étang lui-même à des fins paysagers.

Le demandeur sollicite deux dérogations à la réglementation en vigueur (RRU) relatives à :
  • la hauteur des édifices (Article 8, titre I) : "La hauteur des constructions ne dépasse pas, la moyenne des hauteurs des constructions sises sur les terrains qui entourent le terrain considéré, même si cet ensemble de terrains est traversé par une ou des voiries."
  • l’implantation des édifices (Article 7, titre I) : "Hors sol, la construction est implantée à une distance appropriée des limites du terrain compte tenu du gabarit des constructions qui l’entourent, de son propre gabarit, du front de bâtisse existant et de la préservation de l’ensoleillement des terrains voisins."
Les documents principaux du dossier (fournis par le demandeur) :
Cartes règlementaires du PRAS :

Ci-dessus : Projection au sol des infrastructures prévues : en jaune les voiries, immeubles et parkings ; en bleu l’étang modifié. Le périmètre en vert indique l’emplacement de la zone verte non constructible.


Vu les implications importantes que pourrait avoir ce projet sur le quartier, notamment en matière de patrimoine, d’hydrologie et d’intégrité des intérieurs d’îlot, l’ACQU invite les riverains à être vigilants par rapport aux questions suivantes :

1. LA GESTION DE L’EAU :

La pièce d’eau du Moulin Blanc constitue un des rares étangs subsistant le long de l’Ukkelbeek. Pour rappel ce ruisseau épouse grosso-modo le tracé de l’avenue De Fré et de la rue de Stalle. Si on peut regretter que l’Ukkelbeek ait été enterré quasi sur l’entièreté de son parcours, la bonne nouvelle c’est qu’il coule dans une conduite séparée de celle des égouts. Aux abords de la propriété du Moulin Blanc cette conduite est située vraisemblablement juste sous le trottoir.

Théoriquement l’étang du Moulin Blanc est toujours en connexion avec le ruisseau. Seulement, suite à la défectuosité de la vanne, l’étang n’est actuellement plus alimenté en eaux claires. L’étang et ses abords est repris au PRAS en zone verte.

Le projet de construction actuel prévoit entre autres la restructuration de l’étang : Si le cœur de la mare est rétréci, en contrepartie les rives sont étirées sous forme de bras vers plusieurs directions. Ce reprofilage, couplé à la création de berges naturelles, est favorable tant pour le développement de la biodiversité locale que pour la temporisation d’éventuels trop pleins d’eau issus des précipitations.

Dans le cadre de la demande du permis d’environnement, un dossier concernant spécifiquement l’hydrologie et les eaux pluviales a été ajouté aux documents mis à l’enquête.

Quelques extraits importants (texte restructuré) :

Hydrologie et eaux pluviales :
  • Concernant la percolation des eaux pluviales :

Aspects sur lesquels il faut être vigilant :

2. ATTEINTE À L’INTÉRIEUR D’ÎLOT.

En faisant abstraction de la zone verte (3295m2) qui n’est légalement pas constructible, la propriété du Moulin Blanc fait approximativement 5705m2. De ces 5705m2 le présent projet prévoit de construire (emprise au sol) 1951m2 (pour un équivalant de 26 appartements + 4 maisons) soit d’imperméabiliser 2187m2. Une densification importante qui en nombre de logements se rapproche d’avantage du permis refusé en 2006 que du projet de 2009 :

Parmi les constructions est prévu 4 blocs d’habitation en plein cœur de l’îlot. Une voirie engazonnée y conduit via la rue de Stalle et le pourtour de la propriété. Selon la législation « seuls des projets de logement ou d’équipements d’intérêt collectif peuvent porter atteinte aux intérieurs d’îlots ».

La commune d’Uccle estime toutefois que « les intérieurs d’îlots ont un rôle écologique et social essentiel en milieu urbain ». C’est pourquoi elle considère également « qu’ils doivent plus particulièrement être préservés de l’intrusion de l’automobile » (source : www.uccle.be).

Dans ce sens la Commission Royale des Monuments et Sites (CRMS à ne pas confondre avec la Direction des Monuments et Sites) demandait, dans le cadre du dossier de 2007, de construire l’immeuble à appartement à l’alignement de la rue de Stalle et de renoncer aux habitations qui envahissent totalement l’arrière-plan du site et suggérait au contraire d’y placer une masse végétale suffisante pour maintenir l’écran de verdure.