TÉMOIGNAGES D’HABITANTS

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°74, décembre 2012.

Image ci-dessus : Lors des inondations des 18 et 23 août 2011, de nombreux ucclois ont répondu à l’enquête réalisée à l’ini- tiative de l’ACQU. Cette enquête était accompagnée d’une carte où les zones sinistrées le 18 août apparaissent en bleu et celles du 23 en jaune.

Quelques extraits des messages que les habitants ont laissés sur le site de l’ACQU :

  • J’habite rue de Stalle depuis 30 ans et depuis 2004 nous avons tous les étés des inondations. Pourquoi ?.....
  • Plus bas, des maisons disposent de pièces de vie en "cuisine-cave". A l’arrière, l’eau du ruisseau a atteint les fenêtres, s’est infiltrée partout, avec la boue qui - elle - demeure et s’accroche partout. Le muret de protection de la baignoire n’a pas résisté. Vogue la baignoire... Tout est noir, partout, désespérément. Tout est à jeter.
  • Un désastre. Tout est endommagé. Chaudière hors d’état, appareils ménagers hors d’état, boiler endommagé. Presque tout le contenu des caves sous 10 cm de boue et de détritus des égouts. C’est l’horreur. Tout est à jeter, y compris près de 1.000 livres d’art et de littérature, quelques meubles en acajou ancien hérités. Des albums de famille, bref toute une histoire.
  • J’habite à cet endroit depuis 63 ans et n’y avais jamais connu d’inondation avant 2010. ...
  • Magasin inondé sur 50 cm. Dégâts +/- 50 000 €
  • Voiture qui flotte a été emboutie suite au passage d’un bus de la STIB voulant absolument passer malgré l’eau qui était déjà très fortement montée dans la rue. En plus des voitures et même camion de pompiers qui passaient à toute vitesse dans la rue. Un barrage de police a été fait...après !
  • Nos caves ont été inondées comme jamais. Nous étions en vacances. Le retour ne fut pas heureux. Cela fait 4 jours que nous travaillons à nettoyer et évacuer tout ce qui est détérioré. Cela dépasse ce qui est supportable. Nos caves servent de bassin d’orage et ce n’est pas acceptable.
  • Pour la première fois, depuis plus de treize ans que nous habitons dans cette rue, la chaussée s’est métamorphosée en torrent tumultueux et l’eau est entrée par le soupirail des caves (encore une première !). D’habitude, il s’agit "seulement" de refoulement des égouts... Résultat, un mètre cinquante d’eau au lieu des douze à vingt centimètres habituels... Sans même parler de la boue odorante.
  • Cette maison appartenait anciennement à mes parents. Je la connais depuis 1984 et n’ai jamais vu ne fusse que des traces d’humidité dans la cave. Il y a donc bien un problème extérieur majeur face auquel les riverains sont impuissants !
  • Tout l’entresol a été sous eau : il s’agit de nos 2 chambres et salle de bain. Depuis lors, sur tout l’étage, notre plancher gondole, les plinthes sont à jeter, les murs pullulent et les cloques éclatent, les pieds des meubles (lit, armoire, bibliothèque, garde-robe) s’affaissent tandis qu’une partie de nos archives papiers sont détruites. Nous devons dormir dans le salon tant que les pièces ne sont pas assainies, ce qui devrait durer plusieurs semaines…
  • Pour la quatrième fois en deux mois, ma cave a été inondée de cette eau odorante et colorée. J’ai eu de la chance, cette fois il n’y a eu qu’un mètre ! Mais pour la première fois, j’ai été privée d’électricité, l’eau avait décidé de passer par quelques prises.... Mais qu’est ce que j’en ai marre !!!!!
  • Nous habitons sur une relative hauteur (en haut de la rue du Ham) et donc, c’est très bizarre ce qui s’est passé, surtout au 37 et 39 de l’avenue d’Orbaix. Les couvercles (20 kg chaque) des égouts à la cave se sont soulevés et peu de temps déjà après le début des orages du 18 et 23 août, nous avons eu une rivière qui a traversé les caves et mes deux bureaux. Cette rivière a coulé pendant 25 minutes.