Rapport d’activité 2014

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons en 2014 dû dire adieu à Jean-Pierre de Launoit, fondateur et président de notre Comité durant 40 ans. Après son retrait de la présidence en novembre 2010, il avait tenu à rester un administrateur fidèle à nos réunions du Conseil, continuant à nourrir les liens forts d’amitié qu’il entretenait avec nous. Nous resterons fidèles aux objectifs qu’il a poursuivis : respect scrupuleux des prescriptions du Plan Particulier d’Affectation du Sol (PPAS), intervention lorsque l’intérêt général est en jeu et souci d’être un relais utile vers les autorités communales.

Le fait marquant en 2014 a été notre opposition résolue, et réussie, à un enclavement du quartier par un projet de sens unique rue du Ham. Comme vous le lirez plus loin, bon nombre de vos souhaits que nous avions relayés auprès de la Commune en 2012 se sont réalisés ou sont en voie de l’être. Vos préoccupations en matière de mobilité, d’urbanisme, d’égouts, de propreté, de sécurité seront évoquées ce 27 avril, en vue d’un dialogue avec nos responsables communaux.


MOBILITÉ


Notre Comité a été actif, en concertation avec la Commune et la Région, dans le traitement des dossiers suivants :

  • RUE DU HAM / CHANTIER STIB Tant au niveau de la séance de concertation tenue le 21/11/2013, que durant l’instruction du dossier, le Comité a défendu :
    • le maintien des 2 sens de circulation actuels de cet axe important pour la liaison entre le Sud et le Centre d’Uccle
    • l’amélioration de la vitesse commerciale du tram 92, par une meilleure fluidité du carrefour Chaussée de Saint Job / Avenue J-P Carsoel, avec télécommande du feu tricolore par le tram
    • des mesures d’accompagnement visant à diminuer le transit excédentaire surchargeant la rue du Ham, en modérant le trafic entrant dans la région au niveau du carrefour Petite Espinette sur la chaussée de Waterloo, et du pont de chemin de fer (L 124) sur l’avenue Dolez. Le trafic entrant dans la région doit, en effet, être ajusté à la capacité de nos axes principaux régionaux, pour ne pas provoquer des débits de fuite dans nos quartiers résidentiels.

Le permis d’urbanisme a été accordé le 31/10/2014, sans modification des sens de circulation actuels, si ce n’est pour les phases de travaux qui ont débuté le 23/2/2015 (pour plus d’infos, consulter www.uccle.be/administration/...)

  • ENCLAVEMENT DU QUARTIER FOND’ROY – SUPPRESSION DE LA MISE EN CIRCULATION LOCALE DE L’AVENUE DES RONCES / DRÈVE DU CAPORAL

Le Comité demande la suppression des panneaux « Excepté circulation locale » sur ces voiries, permettant le lien entre notre quartier et la drève de Lorraine. Cette demande est amplifiée par les conséquences du chantier en cours de la rue du Ham. L’actuel règlement communal protégeant ce quartier viole le principe d’égalité de traitement des deux rives résidentielles de la chaussée et constitue une forme d’appropriation de l’espace public. Le Comité considère que les quartiers doivent être protégés par des mesures de limitation de vitesse, plutôt que par des restrictions d’usage. L’Echevin de la Mobilité a informé notre Comité que ce point serait soumis prochainement au Collège et au Conseil Communal.

  • CHAUSSÉE DE WATERLOO

Le Comité a interpellé la Région concernant les discordances de capacité de la chaussée de Waterloo, en amont du Prince d’Orange, où deux bandes sont disponibles, et au niveau des carrefours Foestraets, Vieille rue du Moulin, où une seule bande est maintenue, avec des arrêts de bus en saillie bloquant toute circulation. Le trafic excédentaire qui pénètre au niveau de la Petite Espinette n’a pas d’autre choix pour éviter l’engorgement que de tourner à gauche dans les avenues Prince d’Orange, Eglantiers, Foestraets, pour rejoindre l’axe Fond’Roy / Ham et ralentir le tram 92…

Le Comité est intervenu également auprès de la Région pour faire supprimer l’îlot au carrefour avec l’avenue Victor-Emmanuel III, qui provoquait également un engorgement de la chaussée, dû à l’arrêt des bus en saillie juste derrière cet îlot.

  • AVENUE PRINCE D’ORANGE ET SON CARREFOUR AVEC L’AVENUE DOLEZ

La superposition actuelle de deux dispositifs de réduction de vitesse (chicanes et coussins berlinois) sur un espace restreint occasionne des embarras de circulation et des situations accidentogènes pour les cyclistes. En outre, le statut interquartier du Prince d’Orange et sa plus grande largeur carrossable milite pour un traitement différent de celui des avenues Foestraets et Fond’Roy.

Le Comité propose de ne pas poursuivre l’essai en cours des chicanes, d’aménager des stationnements en accotement, d’ajouter des plateaux aux carrefours non encore équipés, de rectifier les bords du revêtement, d’inscrire sur tout l’axe des bandes cyclables suggérées (dont la largeur est compatible avec le maintien des bordures actuelles).

Au carrefour Prince d’Orange/ Dolez, il y a lieu d’évaluer l’îlot provisoire pour tenir compte non seulement des flux de l’avenue Dolez, mais aussi du Prince d’Orange et de l’avenue de la Chênaie. La solution alternative d’un rond-point, outre sa grande emprise et son coût, aurait l’inconvénient d’inverser la priorité de droite actuelle du Prince d’Orange sur l’avenue Dolez entrée ville. Le Comité privilégie plutôt l’implantation de feux adaptatifs. L’Echevin de la Mobilité a marqué son accord pour associer le Comité aux études d’avant-projet de la rénovation du Prince d’Orange et de ce carrefour.

  • DIVERS
  • Le Comité est également intervenu pour solliciter la mise en révision du Plan Communal de Mobilité (qui date de 1996), l’extension des Zones 30, la finalisation du marquage piétons au carrefour chaussée de Waterloo/ Eglantiers, la lutte contre les stationnements gênants au voisinage de certains carrefours , et l’étude de mesures de « traffic calming » sur l’avenue des Aubépines.


ÉGOUTS


Des travaux de placement d’un réseau d’égouts sont en cours dans la partie Sud/Est de la Commune. Ils sont coordonnés par Vivaqua sous le contrôle du Service des Travaux. La pose des égouts est précédée de l’intervention des divers impétrants : eau, électricité, gaz, et éclairage public dont la plupart des équipements datent de l’aménagement des voiries (+/- 1905/1920) et nécessitent réfection ou remplacement.

Il va de soi que de tels travaux créent des difficultés d’accès et de circulation. Le Comité est intervenu pour que les habitants soient avertis en temps utile par des courriers toutes-boîtes.

Les frais de raccordement aux nouveaux égouts sont à charge des riverains et font l’objet d’avertissements-extraits de rôle établis par la Commune. Par branchement, ils s’élèvent forfaitairement à 2.917€ en 2015 et 3.005€ en 2016, outre les frais en domaine privé. Le Comité de Quartier s’interroge sur la justification de cette somme et posera la question à l’assemblée du 27 avril.

Le Comité et les responsables du Service des Travaux de la Commune se sont rencontrés et ont noté les manquements à corriger en vue de la remise en état des voiries et trottoirs après travaux.


URBANISME


Dans son rapport à la précédente assemblée générale, le Comité de Quartier avait exprimé sa préoccupation à l’égard de la politique de la Commune en matière d’octroi de dérogations aux prescriptions du PPAS et de permis de régularisation.

Le Comité de Quartier n’intervient en principe que s’il est saisi par des riverains inquiets et lorsque la dérogation sollicitée ou le permis de régularisation lui semble porter manifestement atteinte au caractère résidentiel et arboré de notre quartier.

Le Comité a ainsi vérifié en détail six dossiers qui lui paraissaient poser des questions d’intérêt général et a fait valoir des objections contre trois d’entre eux. Ces objections ont été à tout le moins partiellement entendues, sous réserve d’un seul dossier qui est encore à l’examen.

Il s’agit d’un projet de transformation profonde d’un immeuble d’habitation en bureaux et locaux commerciaux sur un bien sis 1393 chaussée de Waterloo. Le Comité de Quartier a fait valoir lors du premier passage en Commission de Concertation que ce projet soulevait de sérieuses objections car il s’étendait sur plus de 15m à l’arrière de l’habitation existante, cette dernière ayant déjà été étendue au-delà des constructions voisines. La profondeur de la construction dépassait les trois quarts de la profondeur du terrain. L’opposition du Comité de Quartier a heureusement été entendue par la Commission de Concertation en sa séance du 6 novembre 2014, mais le demandeur a récemment introduit une nouvelle demande assez peu différente de la première. Le Comité continuera à faire valoir son opposition à une telle emprise sur la profondeur du terrain et un tel dépassement des volumes autorisés.


PROPRETÉ


La Commune a publié un « Vademecum de la Propreté ». Il y traite de tous aspects : déchets ménagers, déchets encombrants, tags, chiens, saleté des trottoirs… Malheureusement il omet de rappeler que les haies, omnipré- sentes dans notre quartier, doivent être taillées pour laisser un passage de minimum 1,50m. Un gentil rappel à vos voisins négligents pourra sans doute y remédier. Service de la Propreté Publique : proprete@uccle.be, 02 348 68 08

14 avril 2015