PPAS GROESELENBERG OU COMMENT COOPÉRER AVEC LA COMMUNE POUR DÉVELOPPER UNE ZONE

Suite à la vente des bâtiments de la Clinique des 2 Alice à un promoteur immobilier, plusieurs habitants de la rue Groeselenberg se sont inquiétés des conséquences pour ce beau site transformé en logements. Qu’allait devenir la qualité de vie des habitants présents et à venir, d’autant plus que se profilait l’avenir immobilier de l’ensemble des terrains environnants ?

En effet, la plupart des terrains en intérieur d’îlot Groeselenberg, mais aussi quelques terrains périphériques, étaient encore propriété de la Congrégation des Soeurs de la Charité de Jésus et de Marie. Et leur intention était bien de valoriser ces parcelles en les vendant au plus offrant.

Les habitants ont alors décidé de créer en mai 2007 le Comité de Quartier Groeselenberg comptant près de 200 membres.

Nous avons alors sollicité la Commune pour la mise en œuvre d’un PPAS (Plan Particulier d’Aménagement du Sol) et édité un Livre blanc pour préciser notre vision de l’avenir du quartier. L’initiative a été bien reçue par le service de l’urbanisme et en novembre 2007, le Conseil Communal a pris la décision d’entamer la procédure de mise en œuvre du PPAS 64 Groeselenberg.

Tout au long du processus d’élaboration de ce Plan, notre Comité de Quartier a été régulièrement sollicité. Géographiquement, il s’agit de l’îlot circonscrit par la rue Groeselenberg et les avenues des Statuaires, Houzeau et Circulaire.

Nos propositions principales étaient les suivantes :

  • préserver les zones vertes et les espaces de rencontre existants,
  • maintenir le caractère ouvert et accessible aux riverains par le maintien et la création de sentiers (voies actives),
  • limiter les gabarits et la densité des nouvelles constructions,
  • répartir le trafic automobile entre les différentes voiries ceinturant l’îlot.

Nous n’avons bien sûr pas obtenu tout ce que nous avons demandé mais sur certains aspects nous avons été entendus  : en particulier sur la question environnementale, sur la création de liaisons douces traversant l’îlot, sur la préservation d’un verger existant... Nos demandes se sont bien retrouvées dans les prescriptions du PPAS approuvé par la Commission de Concertation du 20 mai 2014 et entériné par la Région le 1er octobre 2015.

Il est plus que probable que si notre Comité n’avait pas pris d’initiative, les projets immobiliers se seraient succédés de façon anarchique. Grâce au PPAS, un cadre urbanistique a été créé même si les intérêts des promoteurs immobiliers ont certainement plus pesé dans la balance que les souhaits de notre Comité de Quartier. Reste maintenant à s’assurer que les prescriptions seront effectivement respectées !

Jean Leseul

Comité Groeselenberg