NOUVELLE MENACE POUR LA VILLA LE PUY FLEURY AVENUE CHURCHILL

Article paru dans la Lettre aux habitants n°87, mars 2016

UNE OPERATION DE « FACADISME »

Après avoir été débouté en 2013 de son projet de démolition de la villa située 228 avenue Winston Churchill, l’architecte Marc Corbiau revient avec un projet de façadisme. Il propose en effet de « trancher » en deux la villa, vidée par ailleurs de tout son intérieur, afin de l’intégrer au sein d’un grand immeuble de 19 appartements de grand standing ! A cela s’ajoute une demande de dérogation au Règlement Régional d’Urbanisme en matière des hauteurs et des profondeurs autorisées.

Cette « tranchette » de villa servirait de prétexte à un vague respect urbanistique (zone Zichée) et de pseudo préservation patrimoniale. L’illustration qui montre ce que devrait devenir l’endroit donne un haut-le-coeur : cette jolie villa serait surmontée d’un immeuble accolé et 2 fois plus haut qu’elle !

Si ce n’est pas triste de la part d’un architecte si prestigieux ! En somme un projet affreux qui risque d’alimenter encore un peu plus la réputation de notre capitale en matière de bruxellisation. Pourtant, excepté l’intérêt lucratif à court terme, rien ne justifie la disparition d’immeubles faisant incontestablement partie du patrimoine architectural de Bruxelles parce qu’ils seraient devenus minoritaires, dans l’avenue Churchill notamment.

Les qualités patrimoniales de cette villa sont par ailleurs indéniables. Le « Puy Fleury », oeuvre de l’architecte belge Emile Missu, constitue une des dernières propriétés témoignant du « park system  » mis en place le long de l’avenue Longchamp au moment de sa création à la Belle-Epoque. De même que les éléments structurels et la composition des façades, les décors intérieurs (boiseries, sols et cheminées en marbres, salons, halls, escalier, etc.) demeurent en parfait état. Tous ces éléments font de ce bâtiment une « oeuvre d’art totale » vraiment remarquable.

Si Emile Missu est peu connu en Belgique c’est parce qu’il a exercé une grande part de sa carrière à l’étranger où il fut reconnu et admiré. Plusieurs de ses réalisations sont protégées notamment en Chine et au Congo.

Anita Nys, pour le comité Churchill.

8 avril 2016