Mémoire et combat citoyen

Archives ACQU et RADIO 1180

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 67, mars 2011.


Lors de la présentation récente de l’opus monumental « La Nouvelle Histoire de Belgique » (neuf volumes, onze auteurs issus de huit institutions universitaires différentes des deux grandes Communautés, publié simultanément en versions française et néerlandaise), le Président de la Chambre des Représentants André Flahaut insistait justement sur le rôle éminent de l’histoire dans le combat citoyen.

Car mémoire et démocratie sont intimement liées…

En effet, les supports et instruments de la mémoire ne sont pas destinés seulement aux « passionnés d’Histoire ». Ils sont utiles à l’ensemble des citoyens, dans leur démarche collective.

Si les archives permettent d’écrire l’histoire, elles constituent surtout la mémoire des groupes et des collectivités. Elles contribuent à garantir des droits, individuels et collectifs, en permettant à chacun de faire le bilan de nos décideurs et de leur capacité à interagir avec les citoyens. _Promouvoir la préservation et l’accès aux archives est un devoir démocratique

En vue d’assurer la sauvegarde de leur patrimoine archivistique, tant les groupes privés que les pouvoirs publics font appel à des hommes et des femmes de métier pour la gestion de leurs archives et faciliter la consultation de celles-ci.

C’est ce qu’a fait notre asbl l’ACQU (Association de Comités de Quartier Ucclois) en s’adressant, après une timide et infructueuse démarche auprès de la Commune d’Uccle, à l’organisme fédéral en charge de la gestion des archives de l’Etat : les Archives Générales du Royaume. A son décès, notre regretté ancien Président Paul Antoine a laissé des très remarquables fonds d’archives, écrites et « audio », qui constituent un volet important de la mémoire collective des Ucclois, en particulier, en rapport avec les premiers combats urbains mais aussi, avec les débuts glorieux des « radios libres »…

Les Archives de l’Etat se sont montrées très désireuses d’accueillir les fonds concernés.
Après signature d’une convention de dépôt, d’une durée de 30 ans, entre l’Archiviste Général Dr Karel Ville, d’une part, et l’ACQU asbl, d’autre part, les fonds, ont été transférés, dans un premier temps, aux Archives de l’Etat à Louvain-la-Neuve, tout en restant la propriété de notre ASBL.

C’est là qu’ils seront triés, inventoriés et conditionnés, selon les normes en vigueur aux Archives de l’Etat.

Le traitement de la partie « audio » bénéficiera en outre des conseils de Frédéric Antoine, Professeur à l’UCL et président du Groupe d’études et de recherches sur la Radio, dont on connait le rôle joué à Radio 1180.

Après avoir été inventoriés et conditionnés, ces fonds seront transférés vers un dépôt des Archives de l’Etat situé en région bruxelloise, en vue de leur consultation publique.

Le choix d’un dépôt en région bruxelloise se justifie par l’implantation et le terrain d’action de notre association.

Il s’agira vraisemblablement du dépôt de la rue du Houblon à 1000 Bruxelles. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés…

Cet accueil remarquable, réservé par les Archives de l’Etat à tous ces documents, témoins de l’action d’une association comme la nôtre, est la preuve de l’importance que la société civile attache au combat mené par les associations de citoyens dans la ville d’aujourd’hui.

LUC-DOMINIQUE BERNARD
Administrateur