Londres et la plus longue « piste cyclable séparée » d’Europe … Une exemple à suivre …

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°83, mars 2015.

UNE VRAIE POLITIQUE EN FAVEUR DES CYCLISTES.

Dans un article écrit le 2 février de cette année, par Michelle Kennedy Hogan, on a appris la création prochaine d’une « autoroute » pour vélo traversant tout Londres d’Est en Ouest. Le maire de Londres a en effet approuvé ce qu’on peut appeler la plus longue « piste cyclable séparée » d’Europe (28 kms) car complètement séparée de la route principale pour éviter que les automobilistes empruntent cette voie. Cette piste va s’étendre de l’Est à l’Ouest de Londres, et reliera une autre route transversale Nord-Sud. Un budget de £ 900 millions a été attribué aux déplacements à vélos, dans les dix prochaines années (soit 1,21 milliard d’euros). Cette autoroute pour cyclistes devrait ouvrir au printemps 2016.

SÉCURITÉ AVANT TOUT…

« Le vélo est clairement devenu un moyen de transport important à Londres, peut-on lire dans cet article, avec plus de 170.000 trajets effectués au centre de Londres chaque jour. » affirme Peter Hendy, le responsable « transport » de Londres. Ces projets vont contribuer à modifier la pratique du vélo à Londres - rendant les déplacements à vélo plus sûrs et vont permettre à de plus en plus de gens de choisir et d’apprécier ce choix de mobilité. ».

UNE VISION NOUVELLE DU DÉVELOPPEMENT D’UNE VILLE…

« Les pistes cyclables « séparées du trafic » ont pour objet d’offrir une alternative sécurisée aux routes dominées par la voiture, ceci après qu’un nombre important de cyclistes aient été victimes d’accidents le long des routes de la ville ces dernières années.

Les effets sur la population sont importants : la ville devient plus humaine, plus civilisée, plus calme, plus séduisante. Cela réfute également l’argument classique que la demande pour des routes cyclistes ne soit qu’une demande pour satisfaire un hobby dont la pratique n’émane que d’une catégorie assez réduite de cyclistes de la classe moyenne. La réalité est que si vous créez des infrastructures plus sécurisées, vous attirez également différents publics. ».

UNE VRAIE POLITIQUE EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE :

Il y a douze ans, Londres a lancé un péage pour limiter les voitures à certains endroits. « Aujourd’hui, la création de ces « routes réservées aux cyclistes » représente une étape supplémentaire pour décongestionner la ville… Avoir plus de personnes à vélo va réduire la pression automobile sur les routes et sur les réseaux de transports en commun bus et rail, va réduire la pollution et augmenter la qualité de la vie pour tout le monde, que les gens soient cyclistes ou non » a déclaré le Maire Boris Johnson à « London 24 ». ».

Un bon exemple à suivre pour nos élus Bruxellois et Ucclois… Pour l’instant, les itinéraires cyclables régionaux et communaux (quand ils existent… ) ont une fâcheuse tendance à être plongés dans une circulation automobile excessive, mettant en danger le cycliste le plus aguerri.

Thierry Wynsdau
GRACQ Uccle

Xavier Retailleau
ACQU asbl

1er mars 2015