Le métro à Uccle, on en parle … Mais quelles conséquences pour Uccle et les Ucclois ?

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°82, décembre 2014

Monsieur Pascal Smet, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé entre autres de la Mobilité, a évoqué à plusieurs reprises son intention de développer le métro vers Uccle.

La perspective est alléchante si l’on considère les difficultés que rencontrent actuellement les transports en commun dans notre commune. Mais est-ce une vraie bonne idée ? Et quelles seront les conséquences pour les usagers ? On est en droit de se poser quelques questions :

Coût d’un métro

On parle d’un coût au kilomètre supérieur à 12 fois celui du tram. En période de difficultés financières, est-ce raisonnable ?

Par ailleurs, on le sait, la prévision, est toujours dépassée et, de plus, le relief accidenté et le sous-sol sablonneux rendent les perspectives très incertaines.

Augmentation du trafic automobile en surface

Enterrer le transport public, n’est-ce pas libérer la surface au profit de la voiture et donc faire marche arrière par rapport aux objectifs de diminution de la pression automobile et des contraintes environnementales ?

Suppression des trams de surface

Les études en cours ne donnent aucune précision quant aux conséquences de l’aménagement du métro sur l’utilité, alors, des trams de surface.

Est-il envisageable, par exemple, que le tram 4 ou le tram 51 fassent double emploi avec un métro et qu’on envisage purement et simplement leur suppression ?

Si tel était le cas, ne faut-il pas craindre une diminution importante des stations actuellement desservies par ces trams, au détriment des usagers ?

Rappelons que de nombreux quartiers d’Uccle en bénéficient actuellement :

Le tram 4 dessert neuf quartiers à Uccle :

Vandekindere, Messidor, Boetendael, Héros, Globe, Wagon, Egide van Ophem, Carrefour et Stalle. Il est en site propre sur toute la longueur du trajet et fait office d’un métro. Sa vitesse commerciale est identique à celle d’un métro.

Le tram 51, quant à lui, dessert douze quartiers à Uccle :

Coghen – Roosendael – Bens – Xavier de Bue – Globe – Rittweger – Trois Arbres – Uccle Calevoet – Engeland – Château d’Or – Crématorium et Van Haelen.

C’est de plus une véritable vitrine sur les commerces de la chaussée d’Alsemberg. Certes, il est actuellement englué dans un trafic automobile trop important. Mais, il n’est pas utopique de penser que la chaussée d’Alsemberg puisse devenir, un jour, un grand piétonnier sur le tronçon Xavier De Bue-Globe, en complément à celui de la rue Xavier De Bue déjà partiellement en application.

Le tram y serait alors en site propre et les Ucclois pourraient se rendre dans le centre d’Uccle à pied ou à vélo et s’adonner aux joies ou délices des rencontres et des achats dans une atmosphère non polluée, véritable plus-value pour la qualité de vie et tous les commerces.

Déjà quelques quartiers commerçants importants de Bruxelles bénéficient ou vont bénéficier de tels aménagements de convivialité, et ça marche….

Une étude d’incidence approfondie :

Uccle semble souffrir d’un manque de vision en matière de mobilité du futur. Pourtant il s’agit d‘un des plus grands défis pour l‘avenir d’Uccle et de ses citoyens.

Nous sommes bientôt à l’aube de l’an 2030. N’est-il pas temps de faire effectuer une étude prospective approfondie sur les flux automobiles entrant et sortant à Uccle, d’envisager la création de « parkings de transit » en amont de la commune, de diminuer le trafic automobile dans les quartiers résidentiels, de privilégier les aménagements pour la mobilité douce, en bref d’imaginer la mobilité de demain avec une véritable vision du futur ?

Nous le constatons chaque jour, un changement de comportement des citoyens est en train de s’amorcer, pour assurer aux générations futures une qualité de vie à l’échelle humaine.

Peu d’argent mais aussi la continuation du courage politique et citoyen pourraient donner à Uccle une atmosphère de ville nouvelle dans un esprit de véritable développement durable…

Xavier Retailleau
Administrateur

1er décembre 2014