Le « jardin des deux cerisiers ».

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°84, juin 2015

Le « Jardin des Deux Cerisiers » est le premier projet écologique d’envergure initié par le Comité de Quartier Floride Langeveld (CQFL). Il se situe entre la rue Langeveld et la chaussée de Waterloo. La zone longe le « Bâtiment 2000 » qui abrite notamment la bibliothèque-médiathèque « Le Phare » et une école de communication.

L’objectif était triple : renouer les liens de solidarité entre les habitants du quartier, rendre "vert" une zone sombre et fréquemment vandalisée ainsi que créer un « tampon » de verdure entre la chaussée de Waterloo et les habitations environnantes. Le projet a pu voir le jour en 2013 grâce à un financement de l’IBGE dans le cadre de l’appel à projet « Quartiers Verts » et un soutien financier et technique du Service Vert de la Commune d Uccle. Comme il s’agissait d’un premier essai, il a volontairement été focalisé sur une zone assez étroite.

A l’origine, le site ne présentait grosso modo que deux cerisiers, un sorbier et un houx. Il a donc été décidé de l’enrichir par un ensemble de plantes variées, vivaces et indigènes comprenant quelques espèces comestibles. La métamorphose est assez spectaculaire. Aujourd’hui le « Jardin des Deux Cerisiers » est devenu un lieu ouvert et coloré. Le vandalisme semble même avoir quitté les lieux bien qu’il perdure à l’avant de la bibliothèque.

La solidarité qui a été créée par le projet est également manifeste. Les « dames du jardin » habitent à côté de la zone du projet et se le sont approprié comme si c’était le leur. Avec patience et enthousiasme, elles partagent leur passion avec les passants et les riverains. Cette solidarité se manifeste aussi lors d’événements périodiques tels que l’apéro ou la brocante du quartier et lors d’animations spécifiques avec des organisations telles que Natagora. Au départ, l’équipe du jardin a préféré ne pas placer de banc permanent, craignant le vandalisme. Cependant, maintenant que le jardin semble être respecté, il est envisagé de placer quelques chaises « à l’essai ».

Bien que des projets éducatifs aient été planifiés en collaboration avec la bibliothèque et le Centre d’Écologie Urbaine (lecture » dans le jardin,échanges de livres sur la nature, création d’un hôtel à insectes, d’un nichoir, etc.), l’éducation s’est surtout faite de manière informelle, non seulement en donnant aux habitants l’occasion de s’essayer au jardinage mais aussi en leur donnant l’occasion de s’occuper de leur quartier.

Retour vers : Jardins & potagers : QUELQUES EXEMPLES UCCLOIS