« Le bébé devrait maintenant marcher »

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°82, décembre 2014

La déclaration de politique communale prévoyait création d’un Conseil consultatif communal pour la personne porteuse de handicap, CCCPPH, opérationnel depuis un an, mettant Uccle au niveau de bien d’autres communes.

Les personnes handicapées de façon permanente ou provisoire ne sont plus cachées, même si leurs problèmes demeurent innombrables : école, emploi, logement, loisir, … et, sujet de ce n°, accessibilité et mobilité.

Les problèmes des personnes handicapées et personnes à mobilité réduite, femme enceinte, bébé en poussette, caddy, valise [1], sont peu pris en compte malgré les discours et les brochures de normes ad hoc, malgré la « Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées », basée sur l’Universal Design, l’inclusion, signée par la Belgique, ses Régions et Communautés. Après enquête universitaire auprès des bénéficiaires, sa mise en oeuvre chaotique a été critiquée par le Centre inter-fédéral pour l’Egalité des chances.Examinons les « réclamations », émises par les PMR, notées dans le compte-rendu de la réunion de la Commission de concertation sur le projet de ronds-points Vanderkindere – Churchill :

  • Absence de feu, angoissante pour l’aveugle, sonorisation demandée.
  • Incohérence des dalles podotactiles avec les autres aménagements,
  • Bordures en saillie, (particulièrement compliquées pour une chaise roulante)
  • Éviter de placer des obstacles en milieu de trottoir ou piste cyclable,
  • TOUS les arrêts de trams doivent être accessibles,
  • Réunifier les lignes 3 et 7. Toutes les ruptures de charge sont lourdes de conséquences pour les PMR.
  • Des passages piétons doivent être installés aux deux accès des quais (pour tous les usagers)
  • Eviter le partage à niveau vélos/piétons car le PMR perçoit mal la piste du trottoir (le chien guide aussi),
  • Garantir la facilité de circulation des PMR pendant les chantiers.

Qu’en reste-t-il dans les divers avis émis par les membres de la Commission de concertation pour le dossier Vanderkindere - Churchill, celui « partagé » et les autres (Direction de l’Urbanisme, CITYDEV, Direction des Monuments et Sites, Commune d’Uccle) ?

« Un marquage pododactile [sic] doit être installé lorsqu’une piste bidirectionnelle longe un trottoir ». C’est tout.

Mieux encore, l’interview de notre bourgmestre (Le Soir, 6 novembre 2014) : « Nous nous réjouissons de cet abandon [d’une 3e voie de tram] au profit de l’avancement des travaux à la station Albert », sans s’interroger sur les distances, changements de niveau et pannes d’ascenseur que ce progrès impliquera pour le PMR, ni en général des conséquences pour les usagers des trams 4 et 51.

« Les gens descendraient du 3, avant le rond-point, pour ré-embarquer à bord du 7, de l’autre côté. » Au lieu de changer de tram sur le même quai, le PMR aurait à traverser, à chaque fois, cinq chaussées. Merci.

Nous voyons qu’à la moindre velléité de la ville de Bruxelles concernant la mobilité automobile dans le bois, le conseil communal se fend d’une résolution. En sera-t-il de même pour condamner la suppression du terminus du bus 38 à Brouckère. Que fera le PMR ucclois arrêté à la gare centrale ?

Le CCCPPH a donc du pain sur la planche. Jusqu’ici, l’autorité communale a négligé de consulter son « conseil consultatif ». Après un an, il est temps que ce bébé marche !

Jacques Dekoster

P.-S. Vient de paraître le rapport de la Commission de concertation sur les ICR.

Réjouissons-nous : tant les comités de quartier que les autorités y émettent le désir de prendre en compte les personnes handicapées (3 fois) et à mobilité réduite (19 fois). Mais que de confusions encore : ‘zones’ podotactiles, dalles ‘PMR’, places [de stationnement ] ‘PMR’, ligne de guidage ‘PMR’. Les personnes handicapées perdent toute autonomie faute d’aménagements corrects (normes à respecter strictement) ; elles sont seules à disposer de parking réservé (Si tu prends ma place, prends mon handicap !), dalles podotactiles et lignes-guide. Si les PH sont assimilées aux piétons dans le code de la route, celui-ci précise « Exception faite des utilisateurs d’engins de déplacement (exemple d’un fauteuil roulant) dépassant l’allure du pas » qui doivent rouler avec les cyclistes ! En résumé, aménageons d’origine avec la « qualité PH » et il ne faudra pas corriger par des « rustines » toujours plus onéreuses. Ainsi, PMR et piétons standards seront aussi servis.

Plus d’info : « Directives pour l’aménagement de l’espace public accessible à tous » : http://www.mobielbrussel. irisnet.be/static/attachments/partners/na/248/VM4-PMR-fr-web_.pdf

Y voir en p. 4 les définitions de « Accessibilité » et de « PMR »

Voyez lesliens de téléchargement des trois autres cahiers (Revêtements, Eclairage, Ville conviviale pour les piétons).

1er décembre 2014