Le Bourdon va s’envoler !

Le quartier du Bourdon fait l’objet de plusieurs projets immobiliers qui pourraient changer fortement son aspect, dans un proche avenir.

- Des affiches rouges annonçant une enquête publique seront bientôt placardées au Bourdon. Habitants du quartier, soyez vigilants et faîtes connaître votre avis aux décideurs politiques !

Pour ceux qui ne l’auraient pas connu, la zone triangulaire, située en contrebas du viaduc de Calevoet et appelée « Plaine du Bourdon », n’a pas toujours été un terrain vague. Il s’agissait d’un quartier dynamique et vivant, occupé par une série de petites maisons mitoyennes, d’un nombre important de commerces, d’une brasserie, etc. Dans les années 70, en vue d’y faire passer le Ring-sud, l’ensemble fut exproprié et démoli. Le projet autoroutier a finalement avorté, mais le site ne fut jamais reconstruit.

Aujourd’hui, le terrain est subdivisé au PRAS (Plan régional d’affectation du sol) en deux zones : une zone verte et une zone à forte mixité.

La zone verte est située le long de la chaussée de Saint-Job dans le sens est-ouest. Il est prévu d’y aménager un tronçon de la promenade verte afin de relier le Kinsendael au Keyenbempt. Ce projet de promenade verte, ainsi que la remise à ciel ouvert et le déplacement du lit du Geleytsbeek (affluent en rive droite de la Senne), a reçu un avis favorable lors de la commission de concertation du 24 juin dernier. Le permis d’urbanisme sera délivré prochainement.

La zone constructible, à forte mixité, est partagée entre deux propriétaires : D’une part, la Région de Bruxelles-Capitale et, d’autre part, la succession de la famille VANDERLINDEN. L’angle formé par la chaussée d’Alsemberg et la rue du Château d’Or (là où se trouve actuellement le cirque) appartient à la Région. La famille précitée est, en principe, propriétaire du restant, en l’occurrence, d’une parcelle au centre de la plaine du Bourdon. Ce terrain central a déjà fait l’objet de plusieurs projets immobiliers gigantesques. Ces tentatives n’ont cependant jamais dépassé le stade de la concertation. Le dernier projet en date (261 logements, une crèche, une maison de repos de 150 lits, 672m2 de commerces et 1.022 m2 de bureaux), présenté en 2008 par la SA IMMO SAINT-JOB ET IMMO CHÂTEAU D’OR, propriétaire présumé, a également été refusé.

A présent, c’est la Région de Bruxelles-Capitale qui a introduit un projet immobilier de 89 logements (45 logements sociaux et 44 logements moyens sur une hauteur de 9 niveaux, rez compris) sur la partie de la plaine où se trouve le cirque PAUWELS, pour une superficie de seulement 40 a et 62 ca.

Ce projet, appelé « Bourdon », se situe dans le cadre du Plan Logement Régional, initié sous la législature précédente et qui prévoit la construction de 5.000 logements « sociaux » et moyens supplémentaires en Région Bruxelloise. La procédure d’adjudication publique a déjà eu lieu et a désigné l’entreprise THOMAS & PIRON, qui a rentré les plans et la demande de permis à l’urbanisme communal.

Suite à une soirée/débat, organisée par le Gemeenschapscentrum Candelaarshuys, la possibilité nous a été offerte d’entrevoir une partie du dossier THOMAS & PIRON. Cette première approche permet d’ores et déjà de rapporter quelques-unes des grandes lignes retenues par l’entreprise précitée : Il s’agit d’une juxtaposition d’édifices multicolores et cubiques, agencée autour d’un patio central. Aucune implantation n’est prévue en sous-sol à cause de la présence de la nappe phréatique à faible profondeur. Les parkings seront donc établis à même le sol. Les appartements se développeront à partir du premier étage et ce, sur 8 niveaux au maximum.

L’influence négative, que risque de susciter la construction d’un complexe d’une telle hauteur et d’une telle densité sur les éventuels futurs projets immobiliers voisins, n’est pas négligeable. En effet, pourquoi dès lors refuserait-on aux voisins la construction d’édifices similaires sur leurs parcelles ? Ces craintes concernent particulièrement un éventuel nouveau projet « VANDERLINDEN ». Notons également que le projet régional semble opter pour 100% de logements, alors que le site est situé en zone de forte mixité.

Le dossier complet fera bientôt l’objet d’une enquête publique de deux semaines (si elle n’est pas déjà en cours). Nous recommandons aux riverains et autres Ucclois d’aller le consulter à l’urbanisme communal, d’en parler à leurs voisins et de manifester massivement leur avis.

De plus, toujours dans le cadre du Plan Logement Régional, un autre projet de construction de 90 logements est prévu, de l’autre côté de la plaine du Bourdon, sur le terrain régional de 7300 m2, sis chaussée d’Alsemberg 1091 (partie qui descend de la gare de Calevoet) à l’avant de l’Institut Supérieur d’études de Secrétariat et en bordure du Keyenbempt. Le marché d’architecture a été attribué à P. BLONDEL.

Un troisième projet pour 138 logements, appelé « Silence », est prévu sur un terrain situé chaussée d’Alsemberg, après l’avenue du Silence. Pour plus d’informations concernant ces trois projets : voir le site régional www.planlogement.be .

L’accumulation de différents projets immobiliers de grande ampleur et, par conséquent, l’arrivée d’un nombre considérable de nouveaux habitants, va engendrer inévitablement des répercussions au niveau local. Comment éviter par exemple un envahissement de certains sites naturels protégés comme le Kinsendael ou le Keyenbempt ? Les conséquences sur le plan de la mobilité, du cadre de vie, du développement durable, de la gestion des eaux seront certaines. En ce qui concerne la gestion des eaux par exemple, rappelons que le lit de la rivière Geleytsbeek traverse la plaine du Bourdon, qui d’ailleurs constitue une zone relativement marécageuse (selon Leo CAMERLINCK, la plaine dite « du Bourdon » ne tire pas son nom de cet insecte : il s’agit d’une mauvaise traduction de l’ancien flamand « Heuzel » qui signifie marais, plaine marécageuse). La problématique de la gestion des eaux et des inondations ne doit donc pas être prise à la légère. Une imperméabilisation importante des sols pourrait produire indirectement des nuisances qui se répercuteront dans les vallées.

Une étude d’incidences préliminaire et globale et un PPAS, nous semblent indispensables, face à une urbanisation de cette ampleur.

Elle devrait inclure les éventuels autres projets immobiliers du quartier, non seulement ceux du Plan Logement décrits ci-avant, mais aussi les futurs projets, tant sur la plaine du Bourdon elle-même, que ceux actuellement en construction rues Egide Van Ophem/F. Vervloet, de l’autre côté de la gare de Calevoet, ou ceux prévus en intérieur d’îlot (gare de Calevoet, chée d’Alsemberg, av. G Herinckx).

Habitants, mobilisez-vous pour garder un cadre de vie harmonieux dans votre quartier et soyez attentifs aux affiches rouges d’enquêtes publiques !

Thérèse VERTENEUIL, administrateur et Enguerrand DAVID