La Forêt de Soignes, un patrimoine bafoué !

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 63, mars 2010.

De volumineuses grumes encombrent les drèves d’accès. La tranche de section des fûts de hêtre, d’une belle couleur miel, montre des cernes réguliers, continus, attestant de l’âge et de la bonne santé. Une petite étiquette d’un rouge criard est agrafée en plein aubier. Elle porte les initiales de l’acheteur. C’est la vision peu accueillante de celui qui pénètre dans la forêt de Soignes bruxelloise cet hiver 1997-98.

Le promeneur occasionnel s’étonne et s’en va déçu. L’habitué, l’amoureux de cette forêt s’indigne et enrage.

Sans se connaître, on s’interpelle. Les rumeurs vont bon train. On parle de 8000 m3 vendus. Le double des années précédentes. On rapporte que les Orientaux, Chinois, Coréens, payeraient jusqu’à 25.000 FB le stère de hêtre. La presse ne tarde pas à s’emparer du sujet, que ce soit en français, néerlandais ou en anglais, la Forêt de Soignes fait journellement l’objet d’une manchette à sensation.

A quelques-uns, unis par la passion de la Forêt de Soignes, nous participons activement à ce tumulte médiatique.

En mars 1999, nous sollicitons une interpellation de Stéphane de LOBKOWICZ au Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale. C’est au cours de cette même année que nous ressentons la nécessité d’une structure. Nous créons une association de fait, l’Association Protectrice des Arbres en Forêt de Soignes (A.P.A.F.S.).

La sauvegarde de la pérennité de la hêtraie sonienne, tel est l’objectif majeur de l’Association.

Fin 1999, le ministre bruxellois de l’Environnement, Didier GOSUIN, ordonne la suspension des coupes, ainsi que la vente des arbres de la Forêt de Soignes. Interdiction maintenue jusqu’à la sortie du Plan de Gestion, déjà ébauché depuis plusieurs années. Il organise une consultation publique. Celle-ci révèle que la majorité des répondants souhaitent le maintien de la physionomie de la forêt, telle quelle.

Toutefois, l’enquête n’apporte pas d’emblée réponse aux questions laissées en suspens dans le projet de Plan de Gestion.

L’avenir de la Forêt de Soignes est la pierre d’achoppement. Des partisans à outrance de la hêtraie souhaitent l’extension territoriale de celle-ci, la portant de 65 à 85% du territoire sonien bruxellois.

En revanche, certains extrémistes prônent la destruction totale de la hêtraie et exigent la diversité de l’ensemble de la forêt.

Le ministre GOSUIN propose la solution de bon sens, un compromis, soit un abaissement progressif de l’étendue de la hêtraie, passant de 65 à 50% au fil d’une révolution de 24 ans.

C’est incontestablement un nouveau rabotage de la hêtraie équienne. Mais aussi une garantie d’avoir encore quelque 800 ha de cette hêtraie dans la partie de la forêt proche de la ville.

Nous acceptons donc, à contrecœur. L’A.P.A.F.S. se range du côté du Ministre et, de ce fait, dans le camp de l’IBGE (devenu Bruxelles Environnement).

Notre association figure dès lors dans le Plan de Gestion définitif, avec la mission de veiller au respect du paysage et de répertorier les arbres remarquables.

Rassurés par le Plan de Gestion, signé par le ministre GOSUIN, nous mettons fin à toute manifestation hostile à l’égard de l’IBGE. Nous multiplions les contacts, bienveillants mais discrets, avec les forestiers (ces hommes de terrain se demandent, sans nul doute, ce que des citadins, profanes, viennent faire dans leur forêt !).

Une bonne entente nous a permis de mener à bien plusieurs démarches intéressantes.

C’est ainsi qu’il nous fut possible d’empêcher l’abattage de plusieurs magnifiques hêtres de plus de 200 ans, martelés (donc condamnés) avant l’interdiction du ministre GOSUIN. Douze ans plus tard, ils sont toujours en bonne santé !

De nombreux arbres ont eu la vie sauve au cours des 10 années d’activité de l’A.P.A.F.S., parfois à l’issue d’âpres discussions.

PNG - 209.9 ko
Troncs rectilignes constituant la spécificité de la hêtraie cathédrale de la Forêt de Soignes.

Certaines interventions de l’Association ont un caractère plus administratif, tel l’addendum au règlement des ventes, autorisant après tempête l’échange de bois chablis contre du bois martelé resté debout. En bref, au cours des premières années de mise en application du Plan de Gestion, nous avons bénéficié d’une collaboration fructueuse, efficace parce que confraternelle.

Pourtant, il y avait un sujet d’affrontement : le recours au « principe de précaution » dont il était, à notre avis, abusé. Si l’excès de prudence relevait d’un réel souci moral pour le personnel de terrain, en revanche, il nous semblait que le « principe » devenait un instrument politique, un moyen pour contourner les règles du Plan de Gestion.

De plus, à partir de 2004, le comportement change insidieusement. Nous ne le perçûmes pas au moment même. Les entorses au Plan de Gestion étaient de plus en plus fréquentes, leurs justifications de plus en plus discutables. C’est en 2007 que les intentions de l’IBGE apparaissent au grand jour. Un colloque nous apprend que Gembloux, l’UCL et l’ULB sont chargés d’une étude « scientifique » en vue de déterminer les essences qui s’adapteront le mieux aux changements climatiques.

De toute évidence, l’IBGE espère trouver dans les résultats de ces travaux commandités une justification aux modifications très importantes déjà apportées au Plan, notamment, en bouleversant en 2006 la cadence des coupes annuelles prévues par le Plan, entraînant l’abattage de plusieurs hectares de hêtraie cathédrale, sans replantation compensatoire de hêtres.

En 2009, alors que les études des universités ne sont pas achevées, un nouveau colloque est organisé. Au cours d’une conférence de presse tenue le 15/11/2009, s’appuyant sur des résultats préliminaires, la ministre bruxelloise de l’Environnement, Evelyne HUYTEBROECK, conclut à l’élimination complète de la hêtraie équienne, la hêtraie cathédrale, puisqu’elle envisage de réduire la plantation de hêtres aux vallons, en excluant donc les plateaux.

La Forêt de Soignes, secteur bruxellois, sera diversifiée, donc banalisée. Cette décision dépasse l’imagination ! Elle mérite le nom de vandalisme, soit la destruction irréversible d’un chef-d’œuvre conçu par l’association de l’humain et du végétal.

Elle ne peut s’expliquer que par l’ignorance de la valeur culturelle, historique et esthétique de ce patrimoine classé, irremplaçable, dont bénéficie Bruxelles, la Belgique, l’Europe.

Ce survol rapide de l’activité de l’A.P.A.F.S. depuis sa création en 1999 se conclut-il sur un bilan négatif ? Certainement non. Ces dix années ont été enrichissantes. Tout d’abord, elles ont créé de solides amitiés entre ses membres et nous ont permis de mieux connaître le sympathique milieu des forestiers de terrain.

En revanche, notre objectif prioritaire, assurer la pérennité de la hêtraie équienne de Soignes, est un échec à ce jour. Ne tentons plus de changer les mentalités. Les préoccupations sociales de l’IBGE actuel ne sont guère compatibles avec notre optique historique et paysagère de la sylviculture.

Il faut, dès aujourd’hui, dire non à la destruction de notre forêt, sans réserve, parce que :

  1. il n’y a pas d’arguments scientifiques suffisamment irréfutables pour justifier un tel forfait ;
  2. quelle que soit l’argumentation, la hêtraie sonienne constitue un patrimoine qui ne peut être décimé sans encourir la réprobation du monde civilisé.

Jean VAN DER STRICHT
Fondateur de l’A.P.A.F.S

mars 2010