LES VAP ! CÉKWASA ?

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°78, décembre 2013

Les VAP ont démarré en 2005 à Bruxelles. Elles existent àWatermael-Boitsfort et un peu plus loin àWezembeek- Oppem et à Linkebeek. N’y avez-vous jamais aperçu le long de certaines rues de petits panneaux VAP ? Intrigués ? Sûrement.

Voici de quoi il s’agit :

VAP signifie « voiture à partager » (en néerlandais : « Vriendelijk Anders Pendelen »). Encore une histoire de covoiturage ou d’autostop ; me direz-vous. Oui, mais en mieux !

Les VAP conviennent bien aux communes situées dans la deuxième couronne bruxelloise, là où les transports en commun ne desservant pas tous les quartiers avec la même régularité et performance qu’au centre de la ville. L’objectif du système est donc de favoriser les déplacements, spécialement dans les quartiers périphériques plus résidentiels. Le moyen, c’est de gérer l’autostop de manière dynamique, en temps réel, en utilisant les modes communication les plus modernes.

En pratique :

Les VAP, c’est de l’autostop de proximité entre habitants d’un quartier pour parcourir de courtes distances près de chez soi, pour rejoindre par exemple un arrêt SNCB ou STIB.

Première étape : s’inscrire sur le site VAP. Ensuite, l’automobiliste appose sa vignette VAP sur son pare-brise. Et le piéton se présente à proximité d’un arrêt VAP indiqué par un panneau. Il indique sa direction. Les panneaux VAP sont placés par la commune aux endroits les plus judicieux. Ce n’est pas tout. Sur internet, le VAPspace permet aux automobilistes et aux piétons de se contacter, de proposer des trajets, des points de rencontre, de dynamiser le système,... et de le transformer en un véritable outil de mobilité partagée.

Les utilisateurs deviennent des « vappeurs » et partager des trajets devient « vapper ».Vous vappez demain matin avec moi ? Nul doute que ce néologisme trouvera un jour sa place dans une prochaine édition de notre dictionnaire favori. Le VAP, c’est l’autostop moderne par lequel chaque acteur se sent impliqué : la commune, qui finance la signalisation, les usagers qui partagent un bout de chemin ensemble.

Voilà de quoi bouger autrement et gratuitement.

A Uccle ?

Vous êtes intéressés ? La commune aussi ! L’Echevin de la Mobilité nous a contactés pour nous annoncer son intention d’étendre les VAP sur le territoire ucclois. Un budget y sera consacré. Manifestez-vous ! Parlez-en autour de vous. Une mobilité durable passe aussi par les VAP.

Et découvrez le site www.vap-vap.be

PS : Les jeunes sont aussi concernés par le VAP. C’est le VAP-ADO. Appel est lancé aux associations de parents, aux écoles,... De quoi faciliter les déplacements scolaires.

Alain Thirion

1er décembre 2013