LES ONDES ET LES « SMART CITIES »

Article paru dans la lettre aux habitants n°88 Juin 2016

A- Un concept « nouveau » de développement de la ville :

Depuis quelques mois, nous entendons souvent parler de ce nouveau concept de « SMART CITY » ou « VILLE INTELLIGENTE ». Il s’agit d’un concept qui nous vient d’Amérique et qui fait référence à un type de développement urbain intégrant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cela signifie, surtout, le développement massif des technologies sans fil dans notre environnement de tous les jours.

Voici la définition d’une « ville intelligente et durable » donnée en 2014 par le groupe spécialisé de l’UIT (International Telecommunication Union) : « C’est une ville novatrice qui utilise les technologies de l’information et de la communication et d’autres moyens pour améliorer la qualité de vie, l’efficacité de la gestion urbaine et des services urbains ainsi que la compétitivité tout en respectant les besoins des générations actuelles et futures dans les domaines économique, social et de l’environnement. »

Concrètement, il s’agit de donner une place centrale aux technologies sans fil et mobiles. Par exemple des capteurs communicants sans fil pour les places de parking libres, pour les poubelles, pour la détection de l’utilisation d’énergie des bâtiments, pour les ‘tableaux intelligents’ interactifs dans les écoles, avec des applications pour « smartphones » et « tablettes »… C’est le wifi public dans des endroits de plus en plus nombreux.

A première vue, cela semble intelligent.

a) Un projet de « smart city » vise tous les publics : les habitants et les usagers de la ville, les administrations communales, les entreprises.

b) Les projets d’une « ville intelligente » portent généralement sur des domaines comme la mobilité, les énergies, la gouvernance et l’eadministration, l’information, la qualité de vie, la sécurité, la connectivité.

B- Un risque pour la santé :

Mais qui dit « sans fil » dit aussi « rayonnement électromagnétique » pulsé de haute fréquence, comme par exemple celui envoyé par les antennes-gsm », nous rappellent certaines associations de défense des consommateurs. Il y a donc risque pour notre santé.

« En effet, de nombreuses études scientifiques démontrent que ces rayonnements peuvent porter atteinte à notre santé et peuvent entraîner des troubles du sommeil, des maux de tête, des problèmes de mémoire et de concentration, des troubles du rythme cardiaque, des cancers, des maladies neurologiques et autres maladies graves. Il y a également un impact avéré sur le développement du foetus pour les femmes enceintes. ».

L’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu officiellement en 2011 que ces rayonnements sont potentiellement cancérigènes.

Et on ne doit pas oublier que les assurances ne couvrent pas ces risques.

Pour mieux vendre leurs produits, les entreprises « techno- et telecom » nous font croire que ces gadgets technologiques seraient indispensables à la ville du futur.

Mais servent-ils les intérêts de la population ? La ville est déjà entièrement dotée d’émetteurs de rayonnement.

Quelques associations bruxelloises, telles « Teslabel  » ou « Grondes » (voir les sites internet ci-dessous) appellent les élus politiques bruxellois et le Centre d’Informatique pour la Région bruxelloise à faire le choix déterminé de technologies sûres qui communiquent par câbles.

Alors, n’est-ce pas le choix ‘intelligent’ pour les générations à venir ?

Pour en savoir plus : www.teslabel.be www.grondes.be

Xavier Retailleau Administrateur