LES MARRONNIERS DES AVENUES CHURCHILL ET ALBERT : Remplacer les marronniers par d’autres marronniers ?

En ce qui concerne le remplacement des arbres des deux avenues, les différents protagonistes s’accordent au moins sur un point : Il est peu raisonnable de replanter des marronniers de type hippocastanum. Les jeunes sujets de cette espèce sont quasi inévitablement attaqués par le Cameraria ohridella (voir le paragraphe consacré à l’état sanitaire).

Concernant l’avenue Churchill, dans un premier temps, l’espèce proposée par l’Administration de Bruxelles-Mobilité fut le Métasequoia glyptostroboïde, un conifère d’origine asiatique. Cet arbre robuste, pousse très vite, est facile et peu onéreux à entretenir et sa ramification ne se développe qu’à partir des six mètres d’altitude ce qui assure un passage dégagé pour les trams.

Au vu des protestations engendrées suite au choix d’un conifère, l’administration opta finalement pour un cultivar du platane : Le Platanus acerifolia « Malburg ». Cette espèce, issue d’une sélection réalisée en 1981 au Pays-Bas, se différencie de l’espèce commune par une croissance étroite de l’arbre ce qui en simplifie son intégration en milieu urbain. La pubescence (fine et dense couche velue) située au dessous des feuilles est moins importante que chez le platane commun, ce qui réduit les possibilité d’irritation respiratoire que peut provoquer cet arbre chez l’être humain. Par ailleurs, les platanes résistent mieux que les marronniers aux brutalités occasionnées à leur environnement. Plusieurs individus de cet espèce ont déjà été planté avenue Churchill, notamment là où la STIB a effectué des travaux de réhabilitation de ses quais.

Les riverains quant à eux avaient suggéré la replantation de marronniers à fleurs rouges, le Aesculus Carnea. Ceci afin d’assurer une continuité d’aspect à l’avenue et de lui conserver notamment sa floraison de printemps. Hormis l’aspect esthétique, le principal avantage de cette variété (qui n’est pas un hippocastanum) tient du fait qu’il ne subit manifestement pas l’attaque de la terrible chenille. Il en existe par ailleurs un cultivar quasi stérile, le Aesculus Carnea « Briotii » (obtenu en 1858 aux pépinières de Trianon à Versailles) ce qui accessoirement peut améliorer la question des marrons. Cette variété ne dépasse toutefois que rarement les quinze mètres de hauteur (théoriquement il peut grimper jusqu’à 20m), là où le marronnier commun peut en atteindre vingt-cinq.

Notons enfin que, si abattage il y a, Bruxelles-Mobilité prévoit de replanter moins d’arbres qu’à l’origine. Ceci notamment afin de favoriser la condition de croissance des individus et de rendre les arrêts de tram accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ce choix avait néanmoins recueilli la désapprobation de la Commission Royale des Monuments et Sites.

Marronniers et platanes avenue Churchill à Uccle, mai 2011 Ci-dessus : Plusieurs platanes du type "Malburg" ont déjà été plantés avenue Churchill, notamment là où la STIB a effectué des travaux de réhabilitation de ses quais.