LES BOIS DE BUYSDELLE ET DE VERREWINKEL : OÙ EN EST-ON ?

Article paru dans La Lettre aux Habitants n°78, décembre 2013

Souvent appelés « petites forêts de Soignes », ces bois font partie des derniers vestiges de la forêt charbonnière qui couvrait tout le centre du pays au début de notre ère. Depuis, l’homme y a planté des mélèzes et des pins sylvestres, et surtout des hêtres devenus aujourd’hui monumentaux et formant par endroits de véritables « hêtraies-cathédrales » ! Au printemps, ne manquez surtout pas la floraison des anémones des bois (bois de Buysdelle et de Verrewinkel), puis des jacinthes des bois (bois de Verrewinkel) : le sol devient blanc comme la neige, puis bleu comme la mer ! On regrettera cependant l’existence d’un tuyau d’égouttage dont les eaux répugnantes s’écoulent en plein bois de Verrewinkel (côté est). Nous espérons que ce tuyau sera dans le futur enterré plus profondément et qu’il rejoindra le collecteur de la rue de Percke (voir photo ci-dessous).

Au bois de Verrewinkel

L’environnement de notre quartier évolue sans arrêt. Nous tentons de le préserver, mais il n’est pas toujours facile de se faire entendre auprès des autorités…

On nous a dit (IBGE) que plusieurs grands hêtres étaient dangereux pour les promeneurs et les riverains du bois de Verrewinkel. Et en mars 2012, 40 de ces arbres majestueux ont été abattus ! Et ce malgré que nous ayons longuement discuté avec les responsables pour en sauver une dizaine… en vain.

L’IBGE nous a promis de replanter de jeunes hêtres, mais nous sommes presque en 2014 et rien n’est encore fait. Il reste de cet abattage (et du précédent en février 2009) des amoncellements de branches traînant dans tout le bois… Pour les champignons, les insectes et les oiseaux c’est bien, et c’est ainsi que l’IBGE justifie ce choix délibéré. Mais pour les promeneurs, le bois offre par endroits l’aspect d’un champ de bataille  !…Ne serait-il pas possible de conserver des tas de bois dans des zones plus éloignées des sentiers ?

D’après le témoignage de riverains, le bois était propre il y a 50 ans. Il paraissait en très bonne forme. On venait ramasser le bois mort pour le feu ouvert (mais c’est maintenant interdit). On y voyait souvent des écureuils qui se font rares aujourd’hui, et il y avait des chouettes, des lapins, des hérissons et des renards. Les chemins étaient entretenus naturellement par un passage régulier. Personne n’y trouvait à redire et tout le monde était content !

Au bois de Buysdelle

Cet automne 2013, c’est au tour du bois de Buysdelle de subir l’assaut des tronçonneuses. Ici aussi, les gardes forestiers de l’IBGE nous ont très aimablement expliqué le bien fondé de couper certains arbres afin de sécuriser le bois et de favoriser le développement des arbres les plus remarquables. Il n’en demeure pas moins que l’abattage de 342 arbres dans un bois d’une superficie aussi petite en a considérablement changé l’aspect !… Certains riverains en ont été choqués.

D’autant que le bois est classé par la Commission Royale des Monuments et des Sites et qu’il fait partie de Natura 2000. Nous espérons maintenant que les traces laissées par les engins de débardage disparaîtront au plus vite et que les sentiers redeviendront praticables.Même ceux qui ne sont pas ‘officiels’… Et même souhait quant aux disgracieux tas de bois abandonnés çà et là.

À propos des deux sentiers ‘officiels’ (dixit l’IBGE) du bois de Buysdelle, le premier, le « chemin des Hospices  » démarre dans la courbe de l’avenue Buysdelle et descend vers le Verrewinkelbeek entre deux haies de lierre. Les pluies torrentielles du printemps 2013 ont fortement raviné ce passage déjà peu commode. Il est aujourd’hui impraticable pour les personnes d’un certain âge…Le second sentier part de l’avenue Buysdelle, près de l’avenue des Hospices, et rejoint dans le bas du bois le chemin des Hospices. Ce sentier débute par un escalier, certes rustique mais qui est lui aussi peu praticable pour les personnes à mobilité réduite. Et pourtant, il y a une trentaine d’années, ce sentier était un large et beau chemin (sans escalier), moins sinueux et moins boueux qu’aujourd’hui  !…

Un canal en béton le long de la rue de Percke

Nous parlions d’environnement en perpétuelle mutation  ? Au bord du bois de Verrewinkel, rue de Percke, c’est le pompon ! La pose du collecteur (voir photo) a complètement ravagé cette petite rue champêtre bordée de buissons, de saules et d’un sympathique cours d’eau… La rue sera repavée et les buissons repousseront…Mais les saules ont été abattus et le cours d’eau définitivement défiguré ! Sans qu’il n’y eu d’enquête publique, le voilà bétonné et surbaissé d’environ un mètre, depuis sa source (à proximité du carrefour rue de Percke – drève Pittoresque) jusqu’au carrefour de l’avenue Dolez !

Un non-sens écologique impardonnable en ce début de XXIe s. : l’eau n’est plus freinée en cas de crue ; les échanges entre la nappe d’accompagnement et le lit du cours d’eau sont réduits à quelques ouvertures dans le béton ; le potentiel biologique est réduit à néant ; l’abaissement du cours d’eau et donc de la nappe d’accompagnement nuit au boisement riverain  ; etc…Et vu la hauteur des berges en béton (2,40 m), c’est même un danger pour les animaux qui tenteraient de s’y aventurer pour s’abreuver ou pour toute personne qui y tomberait par mégarde… Actuellement, des protections en plastiques rouges sont placées au bord de ce « canal »… Nous supposons qu’une balustrade viendra prochainement parachever l’oeuvre : du béton et du métal, nous serons loin, très loin du sympathique cours d’eau d’avant les travaux  ! Quant au projet d’une double piste cyclable en béton à la rue de Percke, considéré comme dangereux et inesthétique, il a reçu un avis défavorable unanime des membres de la Commission de concertation du 24 octobre 2013.



Collecteur et égouts

Le chantier du collecteur desservant le sud d’Uccle avance à la vitesse…de l’escargot ! Sur Internet nous avions lu que les travaux devaient s’étendre du carrefour Buysdelle – Percke jusqu’au moulin Rose entre début août et fin septembre 2013. Nous sommes à la mi-novembre et les travaux sont quasiment achevés… au carrefour Buysdelle – Percke. Pas plus loin ! Reconnaissons que la tâche n’était pas simple. Il a fallu raccorder plusieurs conduites descendant de Linkebeek par la rue de Percke, et faire passer le collecteur sous le ruisseau par un système de siphon réalisé par un assemblage d’immenses blocs de béton enfouis dans le sol. Une fois ce collecteur achevé et raccordé à la centrale d’épuration de Drogenbos, il faudrait que nos maisons y soient raccordées via un réseau d’égouts !Malgré nos demandes à Vivaqua, nous ne possédons aucune échéance quant à l’exécution de ces travaux…

Voilà en quelques mots certains aspects de notre environnement « buysdellois » et « verrewinkelois »…

Les Amis des bois de Verrewinkel et de Buysdelle

http://www.lesamisduboisdeverrewink...

1er décembre 2013