LE ROSEAU CULTIVE LE GREENWASHING

Pour être un peu plus français, le greenwashing pourrait être remplacé par écoblanchiment. C’est un procédé de marketing qui donne une image écologique responsable. On se fait passer pour « vert » ou pour favoriser l’environnement alors qu’on ne cherche qu’à attirer les clients pour « vendre » un projet dans lequel l’environnement n’est qu’un prétexte.

Des personnes sensibles à la protection de la nature nous ont signalé un exemple à Uccle, près de chez nous : au travers de sa « com » (jargon pour communication au public intéressé) la page d’accueil du club de tennis Le Roseau est surmontée d’une banderole dont le texte affirme : « Le Roseau, un club de tennis et de fitness à Uccle, Bruxelles, dans une propriété de 4 hectares dans la réserve naturelle du Kinsendael ».

Photo extraite de leurs vidéos de présentation des activités où l’on voit les installations dans le sous-bois jouxtant la bulle audessus des 4 terrains de tennis, donc en Natura 2000 !

Ils insistent sous le menu de gauche : « LE ROSEAU C’EST VOTRE CLUB DANS LA RESERVE NATURELLE DU KINSENDAEL A UCCLE (BRUXELLES) » y lit-on encore.

Ils annoncent aussi « un Lasergame Parc d’extérieur pour vivre un nouveau sport d’aventure au grand air », sous-entendu : dans une réserve naturelle. Ce club qui a l’avantage d’être situé juste à côté de la réserve naturelle du Kinsendael, située aussi en Natura 2000 fait croire que son activité a lieu dans la réserve alors qu’elle a lieu juste à côté de celle-ci dans un sous-bois à la limite du Kinsendael.

Sur le site http://www.lasergamebrussels.com on lit que « Le Lasergame Brussels - outdoor park c’est un parc d’un hectare à Uccle » et « Durant 2 heures (ou plus) vous allez pouvoir affronter vos ami(e)s sur un terrain d’un hectare au milieu des bois, en plein centre d’Uccle. Vous cacher dans les structures en bois, château fort, char, bunker… Grimper et escalader des palissades, traverser le pont… Mettre en place votre stratégie d’équipe et vous amuser au grand air ! »

Leur publicité donne l’impression que les activités se déroulent dans une réserve naturelle, ce qui est non seulement illégal, mais interdit et laisse croire qu’une réserve naturelle n’est qu’un parc récréatif, dédié aux activités de jeux et aux loisirs, déformant à la fois le sens et la réalité de la notion de « réserve naturelle » qui a pour fonction la protection des espèces. De même on peut en déduire qu’une réserve naturelle est accessible à tous, sans condition. Le greenwashing a ainsi pour fonction de dénaturer la défense de la nature et sa protection, de minimiser leur importance et ainsi de faire passer la nature après l’humain qui peut en disposer quasi à sa guise.

En 2006, le Club du Roseau avait déjà placé une bulle de tennis sans aucune autorisation à côté du Kinsendael. Une plainte avait été déposée et une demande de permis d’urbanisme (recouvrement de 4 terrains de tennis par une structure amovible en lisière de la zone classée du Kinsendael, Zone Verte de Haute Valeur Biologique - Natura 2000) avec enquête publique avait été organisée.

La Commission de Concertation du 10 janvier 2007 avait demandé les renseignements complémentaires suivants : un rapport sur les incidences du projet sur la zone de Natura 2000 contiguë. (Ce rapport abordera notamment le système de traitement des eaux de pluie récoltées par la toiture, le système de bassin d’orage et le système de réinfiltration dans le sol, l’impact de l’éclairage sur la faune (chauve souris, …) ; les moyens d’isolation, des installations de chauffe ou de ventilation et les niveaux sonores en résultants ; la durée maximum de l’installation de la structure ; préciser les écrans verts projetés.

Seule la Commission a eu connaissance des réponses à ces demandes … et le permis a dû être accordé puisque la bulle couvrant les tennis est présente depuis lors.

L’investigation de ce dossier nous a révélé que le lasergame organisé depuis 2010 sur l’ancien terrain de football s’est déplacé dans les sous-bois jouxtant le terrain, à notre connaissance sans effectuer de demande auprès de l’urbanisme, alors que cette partie boisée est ZVHB (zone verte à haute valeur biologique) au PRAS (plan régional d’affectation des sols) et est intégrée au site Natura 2000 du Kinsendael, officiellement désigné en septembre 2015. Encore fallait-il accéder en ligne aux documents planistiques, aux différentes cartes (accessibles via le site officiel régional Brugis :

http://www.mybrugis.irisnet.be/MyBruGIS/brugis/.

Des courriers, l’un entre le lanceur d’alerte et le Bourgmestre d’Uccle, l’autre avec Bruxelles Environnement révèlent que ni l’un ni l’autre n’était au fait de la réalité des activités en zone protégée (ZVHB et N2000 !) et, comme beaucoup, pensait que la zone protégée était limitée au Kinsendael, ce qui n’est, en réalité, pas le cas !

SOS Kauwberg – Uccla Natura a été le relais associatif local de cette plainte. Nous avons porté plainte auprès de l’administration régionale et averti le cabinet de la Ministre de l’Environnement. Nous avons fourni copie des extraits de cartes et plans.

Ce qui est étonnant, c’est que deux institutions publiques n’ont pas vérifié sur les plans (accessibles à tous avec internet) qu’il n’y ait pas atteinte à des zones légalement protégées. Nous espérons qu’il s’agit d’une exception et que l’administration est plus attentive à vérifier la réalité planistique …

Conclusion : comme quoi cette affaire de greenwashing a dépassé ses objectifs en révélant des atteintes bien plus graves à la législation relative à l’environnement !

Marc De Brouwer

28 avril 2017