L’école doit donner aux enfants et aux adolescents le goût d’apprendre - IN MEMORIAM LUC STURBELLE

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°73, septembre 2012.

Notre ami Luc Sturbelle est décédé le 26 juin de cette année 2012 dans sa nonante-cinquième année. Luc a été actif au sein de notre association depuis plus de deux décennies. Rappelons qu’il a été administrateur de l’ACQU pendant 17 ans dans l’exercice du mandat de trésorier, fonction qu’il a quittée au début de l’année 2009, c’est-à-dire à plus de 90 ans !

Il nous a toujours émerveillés par son intelligence, sa gentillesse, sa sérénité, la profondeur de ses réflexions touchant à tous les domaines de la société humaine. Son regard et ses sourires fréquents témoignaient d’un équilibre physique et psychologique exceptionnel.

Cet homme, ingénieur de formation, nous a toujours impressionnés par ses grandes qualités humaines et professionnelles. Il écoutait beaucoup les différents acteurs de l’ACQU impliqués dans les multiples domaines de la société. Ses interrogations, ses réponses témoignaient toujours d’un profond souci de comprendre notre adéquation à la Charte de l’ACQU et sa finalité.

Je terminerai cet hommage à notre ami Luc, en citant quelques paragraphes d’un article qu’il avait rédigé en mars 2000 (« Nouvelles de l’ACQU  » n° 24) sur l’« Education ».

« L’école doit donner aux enfants et aux adolescents le goût d’apprendre.
En plus du savoir, elle doit aider à acquérir un savoir-vivre et un savoir-être. L’action de l’école et celle des parents devraient se compléter. L ‘éducation permanente diversifiée pourrait aider les parents dans leur mission.
En observant les dysfonctionnements de notre société, qui sont heureusement moins graves chez nous que dans beaucoup d’autres pays, on arrive à la conclusion que l’éducation bien comprise est le remède universel à la plupart des maux. Aussi les pouvoirs organisateurs doivent-ils constamment maintenir la pression pour éviter le rabotage des budgets afférents à l’enseignement.
(…)
Que souhaitons-nous pour nos enfants ?
Qu’ils soient formés à la démocratie et aux vertus civiques ; qu’ils apprennent à connaître leurs droits, sans oublier leurs devoirs envers la société  ; qu’ils soient sensibilisés et incités à la protection de l’environnement et au respect des biens d’autrui, publics et privés.
Qu’ils apprennent la tolérance, l’attention aux autres, la participation, la communication, le sens critique, l’aptitude à réfléchir, à juger, à faire des choix, à décider.
Que la vérité soit pour eux la base de leurs rapports avec les autres ; qu’ils ne se laissent pas séduire par tous ces mirages qui leur sont proposés en permanence. Qu’ils soient avertis des conditions de vie des exclus de la société, et qu’ils s’ouvrent aux vertus de la solidarité.
Qu’ils soient instruits et découvrent ainsi les beautés de la nature, mais également les menaces qui pèsent sur l’environnement tant local que planétaire ; qu’ils utilisent en conséquence judicieusement les réserves et ressources naturelles et s’habituent à éviter tous gaspillages (énergie, eau, matières premières, etc…) ».

Très cher Luc, nous ne t’oublierons jamais tant la finalité de ta fraternité nous a beaucoup aidés.

Bernard Jouret