Inondations et gestion de l’eau.

L’orage fugace et violent de ce jeudi 18 aout s’est accompagné pour de nombreux riverains ucclois, habitants les fonds de vallées, d’importantes inondations. En quelques minutes, les masses d’eau orageuses ont rapidement fait de dévaler les versants du Geleytsbeek (chaussées de St Job et de Drogenbos) et de l’Ukkelbeek (Avenue de Fré, rue de Stalle) pour finalement convertir ces deux ruisseaux et leurs fonds de vallée respectifs, en de véritables torrents. Ces pluies diluviennes, il faut le reconnaitre hélas, apparaissent de plus en plus fréquemment.

ci-dessus : Le bas de l’Avenue de Fré inondé.

- Le Plan Régional de la Gestion de l’Eau.

Malgré les malheurs que ce nouvel évènement à pu produire chez les uns et les autres, il a néanmoins eu l’avantage de souligner une fois de plus l’importance de la gestion de l’eau à Bruxelles. Aussi a-t-il permis de rappeler que le PLAN RÉGIONAL DE LA GESTION DE L’EAU était à encore à l’enquête jusqu’au 26 aout 201.

Durant tout le temps de cette enquête publique (6 mois) un important travail de réflexion sur l’eau a été réalisé par les EGEB (États généraux de l’EAU à Bruxelles) plateforme multidisciplinaire et ouverte à tous dont le but est notamment de renforcer le dialogue entre citoyens, opérateurs et décideurs sur cette question. Les résultats et du travail des EGEB et de l’enquête publique vous seront prochainement communiqués.

- Solidarité de voisinage

Dans des cas critiques tel que celui d’hier soir, la solidarité entre voisins fait mesure de toute son importance : aide pour nettoyer les caves, partage d’expérience, réconfort, etc. On regrettera par contre l’attitude incivile de quelques automobilistes, qui hormis le risque de noyer leur moteur, produisent par leur passage dans les rues submergées, d’importantes vagues qui s’engouffrent dans les garages et caves des habitations. Et tant pis pour les piétons et riverains dégoulinants de désespoir.

- Assistance, sécurité.

Nonobstant le sentiment d’ abandon qu’ont pu avoir certains riverains face à l’ampleur des évènements dans leur quartier, autant les pompiers que la police fut mobilisée pour faire face à la calamité. Notons qu’à la police d’Uccle les (trop faibles !) effectifs disponibles (4 à 5 patrouilles) ont privilégiés les interventions les plus urgentes et périlleuses (au sein de la zone de police Auderghem, Watermael-Boitsfort, Uccle) : fuite de gaz dans certaines caves inondées, arbres menaçant de tomber, glissement de terrain (talus de chemin de fer à la hauteur du Moensberg), …etc.

Dans ces situations d’urgence, les riverains ont besoin d’aide. Porter assistance aux personnes victimes, faire preuve d’empathie, n’est-ce pas AUSSI le rôle de nos Autorités ?

- Observations nouvelles.

Rue de Stalle, divers riverains se sont étonnés de ce que le déferlement d’eau fut accompagné d’importantes boues noirâtres. Il s’agit sans doute de boues liées aux travaux en cours à la hauteur du square Marlow et de avenue Brugmann.

Les zones inondées s’étendent : Par ailleurs on peut également se demander à quel point ll’es administrations communales et régionales sont conscientes de l’impact produit sur l’environnement par l’urbanisation et l’imperméabilisation continue du territoire Ucclois et ce malgré la kyrielle de bassins d’orages prévus. Ce 18 aout, des immeubles qui jusqu’alors avaient toujours gardés les pieds secs , car implantées plus en hauteurs par rapport aux fonds de vallées, on reçus également de l’eau dans leurs caves. C’est la cas par exemple de certaines maisons situées le long de la rue des Myosotis, en amont de la rue de Stalle. La construction des « Hauts Près d’Uccle » est il, dans ce cas bien précis à mettre en cause ? L’avenue De Fré était inondée dans le bas, mais il y a eu des refoulements es égouts bien plus haut, dans les immeubles et maisons à hauteur du Delhaize De Fré.

Notons toutefois qu’ailleurs certains dispositifs semblent avoir bien fonctionnés. C’est le cas notamment du petit bassin d’orage mis en place au bas de l’avenue de la Chênaie et de la dépression à ciel ouvert (munie d’un « moine », agencement évitant que les eaux ne repartent trop vite) du bas de l’avenue Dolez.

- Gestion de l’eau à Uccle

Plusieurs acteurs sont responsables de la gestion de l’eau à Uccle. La commune prévoit une page de son site internet pour vous aider à vous y retrouver. Rappelons que l’administration communale en collaboration avec Bruxelles-environnement et certains autres opérateurs ont l’ambition d’améliorer la situation de la gestion de l’eau à Uccle. Ainsi le projet de rendre un lit continu au Geleytsbeek. Il s’agit là de réflexions et de travaux de longue haleine auxquels il s’agit, pour nous citoyens, de s’intéresser de près vu l’importance des enjeux. De beaux avancements ont déjà été réalisés. Nous en profitons pour vous convier à l’inauguration de la remise à ciel ouvert du Geleytsbeek sur la Plaine du Bourdon.

Mais ne soyons pas dupes. Il est urgent de mettre en place une politique TRÈS volontaristes, recourant à divers leviers où Commune et Région toutes deux s’investissent sans concession. Il n’y a pas de solution unique et simpliste ; la multiplication de bassins d’orages (infrastructures lourdes de conséquences et couteuses) ne suffira pas à elle seule à résoudre l’amplification des phénomènes d’inondation.

La densification urbanistique à Uccle est galopante. Cependant il faut être conscient d’une chose : autoriser la construction massive sur les hauteurs et les coteaux de nos bassins versants (genre les inconsidérés 300 logements prévus sur le plateau Engeland), amplifiera inévitablement l’importance des futures inondations.




Vous avez quelque chose à dire ?

Si ces inondations vous ont touché, ou si vous voulez nous envoyer un témoignage, un mot de une suggestion n’hésitez pas :
>>>> Répondez à notre enquête / sondage




19 août 2011