Evolutions au Verrewinkel

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 68, juin 2011.



Depuis plusieurs années, les visiteurs du Bois de Verrewinkel constatent l’arrivée d’eaux usées, qui s’accumulent toujours plus, de manière nauséabonde, au fond du bois. Dans le Bois de Verrewinkel débouche une canalisation qui contient les eaux usées, partiellement épurées, de plusieurs maisons. Cette situation existe malheureusement depuis très longtemps, étant donné l’absence d’égouts dans ce quartier et le relief qui mène ‘naturellement’ les eaux d’écoulement dans le vallon du Bois. La Commune qui a hérité de cette situation en devenant propriétaire du Bois, s’est engagée à mettre un terme à cette pollution directe.

Dans le cadre de la construction du collecteur du Verrewinkelbeek qui passera sous la rue de Percke, un vaste chantier de placement d’égouts aura lieu dans toute la vallée du Verrewinkelbeek. Étant donné la topographie des lieux et la place du Bois dans ce vallon, il est inévitable d’y faire passer une canalisation qui rejoindra le collecteur de la rue de Percke. Toutes les précautions doivent être prises pour que cette ‘traversée’ soit entièrement inoffensive pour l’écosystème du Bois, son relief, son évolution naturelle et qu’elle soit bien entendu invisible aux promeneurs…

Une réunion avait rassemblé tous les acteurs concernés dans le Bois en juillet 2010 à ce sujet. Actuellement un ingénieur de Vivaqua prépare un dossier d’intervention à soumettre à la Commission des Monuments et Sites, ainsi qu’à Bruxelles- Environnement s’agissant d’un bois classé et Natura 2000.

Il faut noter que la mise au point et la mise en œuvre de cette solu- tion prendront encore de nombreux mois.


Les Amis du Bois de Verrewinkel se retrouvent à l’entrée de la rue de Percke, chaque premier samedi du mois, à 14h30. Nous avons ainsi pu admirer les nouveaux panonceaux à l’entrée du bois, à cette entrée Percke. Mais une fois encore, au cours de notre tour du bois, nous avons été frappés par la quantité de branches et de branchages qui, d’une part, sont très loin de favoriser le plaisir du promeneur, et, de l’autre, de permettre la croissance des jacinthes bleues... l’un des attraits de ce bois au printemps. Une année supplémentaire a en fait été accordée pour l’enlèvement à la firme qui a procédé à l’abattage. De manière générale, nous constatons que le bois de Verrewinkel pourrait être plus soigné, dans la perspective des visites que nous souhaitons. Stéphane Vanwijnsberghe, ingénieur-chef à l’IBGE nous commu- nique le message suivant :

« Un inventaire des arbres a été réalisé par le personnel de terrain. Comme vous avez pu le constater lors de vos visites, plusieurs gros hêtres ‘lâchent’ de grosses branches charpentières occasionnant, fort heureusement, uniquement des dégâts matériels (clôtures...). Ainsi, pour des raisons de sécurité, nous avons éva- lué la dangerosité des arbres de lisière sur une profondeur de +/- 15 m. De cet inventaire, il ressort que 35 arbres sont dangereux et devront être abattus. Je vous propose de se voir sur le terrain une fois que les arbres seront en feuilles pour examiner ces arbres avec vous. » Nous irons donc bientôt voir sur place.


Notre dernière visite en groupe date du 15 mai, avec les explications de Daniel Geerinck, notre ami dendrologue. A ce propos l’IBGE nous écrivait : « Il est demandé de rester exclusivement sur les chemins (comme le prévoit le règlement). En effet, on déplore sur certains vieux hêtres des bris de branches charpentières (du fait de leur âge avancé). Nous sécurisons les lisières et les chemins autorisés, mais pas à l’intérieur des peuple- ments (pour des objectifs de bio- diversité et de paysage). Merci de respecter scrupuleusement cette consigne de sécurité. »


Nos amis savent que les Amis du Bois de Verrewinkel suivent aussi de très près la situation du bois, voisin, de Buysdelle, autre site classé. Le parcours de notre site web enchantera les visiteurs.

Pour les Amis du Bois de Verrewinkel, A. De Schutter, président (a.deschutter@skynet.be)

juin 2011