Dans quelques années le Geleytsbeek sera un ruisseau aux eaux claires.

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°76, juin 2013.


Légende carte ci-dessus : Vallée du Geleytsbeek

G 1 Source au Fond’Roy
G 2 Bassin orage à ciel ouvert
G 3 Lit du ruisseau bas du Kauwberg
G 4 Sortie du pont ch. de Saint-Job
G 5 Ruisseau au bas de la rue Basse
G 6 Etang Spellemans
G 7 Clos de Keyser
G 8 Rue Geleytsbeek
G 9 Ch. de Saint-Job jonction tuyau rue Geleytsbeek
G 10 Ch. de Saint-Job immeubles face Hellevelt
G 11 Ch.de Saint-Job étang face au champ
G 12 Ch. de Saint-Job dépôt communal
G 13 Rue Papenkasteel
G 14 Papenkasteel
G 15 Kinsendael
G 16 Plaine du Bourdon
G 17 Entrée du Keyenbempt près de la chée d’Alsemberg
G 18 Ruisseau au Keyenbempt
G 19 Déviation entre les rues Keyenbempt et Melkriek


UN RUISSEAU DEVENU ÉGOUT !

Pour rappel le Geleytsbeek est le plus long ruisseau ucclois. Son cours dépassait 4 km à l’origine, pour moins de 3 km aujourd’hui. L’histoire du Geleytsbeek est identique à celle de nombreux autres ruisseaux.

Leurs eaux étaient propres, tant que la pression démographique n’en avait pas obscurci la couleur par les pollutions fécales ou chimiques. Les pouvoirs publics ont alors préféré cacher le ruisseau en le voûtant et en permettant les constructions même au-dessus de son lit. Avec l’évolution des mentalités, beaucoup ont exigé que les ruisseaux retrouvent leur vocation originelle.

Des responsabilités publiques partagées Légalement le Geleytsbeek est un cours d’eau de catégorie 3 (loi du 28.12.1967 relative aux cours d’eau non navigables), ce qui signifie que sa gestion est intégralement communale. Dans la pratique, étant donné que l’IBGE a effectué des réaménagements à partir du Bourdon, la Commune d’Uccle a suggéré au Pouvoir Régional une répartition des responsabilités : amont du Bourdon = Uccle ; aval jusqu’à son rejet à la Senne = IBGE. Proposition toujours sans réponse à ce jour… Les réalisations de la Commune pour réhabiliter le Geleytsbeek

Depuis plusieurs années, la commune d’Uccle travaille à la réhabilitation du Geleytsbeek. Ces réalisations (notées G1 à G19 et situées sur la carte jointe) se sont effectuées parallèlement à celles de l’IBGE. La Commune vise deux objectifs : primo séparer les eaux usées des eaux claires partout où c’est possible le long du ruisseau. La station d’épuration ne s’en portera que mieux … ; secundo, dans le cadre de cette séparation, mettre les eaux claires à ciel ouvert, pour reconstituer le lit du ruisseau partout où c’est faisable. Les deux objectifs ne sont pas réalisables en même temps partout.

  • 2006-2007 : Les berges du Geleytsbeek ont été dégagées et le lit du ruisseau a été nettoyé et curé entre le pont du chemin de fer de la chaussée de Saint Job et la rue Papenkasteel. Cette intervention a permis le retour de la bergeronnette des ruisseaux qui avait déserté les lieux depuis cinquante ans.
  • 2006 : Construction d’un bassin d’orage de type alvéolaire sous le terrain de pétanque du bas de l’avenue de la Chênaie.
  • 2007-2008 : Les berges du ruisseau ont été consolidées à différents endroits. Des gabions (gros galets encagés) ont par exemple été placés le long du parking (G7) jouxtant le clos De Keyser.
  • 2009 : (G5 à G7) Pose d’une canalisation entre le bas du chemin Kauwberg et l’étang Spelmans.
  • Dans le cadre du plan de gestion des cimetières du Dieweg et du Verrewinkel, l’égouttage de ces deux sites sera revu pour notamment remédier aux problèmes causés par le ruissellement de la dolomie. Un bassin de retenue sera créé en bas du cimetière du Dieweg vraisemblablement en 2014.

Ci-dessus : Creusement du bassin d’orage alvéolaire avenue de la Chenaie.

Les eaux du Geleytsbeek qui coulent le long de la chaussée de Saint-Job se jettent à l’égout encore à deux endroits :

  • après l’étang Spelmans, au niveau du clos Bourgmestre De Keyser (G7).
  • au niveau de la rue Papenkasteel à la limite du dépôt communal (G12)

Le Geleytsbeek est alimenté en eaux claires par :

  • les sources de l’étang Spelmans (G6) ;
  • la nappe aquifère et de nombreuses petites sources provenant ci et là des abords de la chaussée de St Job (G8). C’est pourquoi un double égouttage a été réalisé (reprenant également les eaux de certaines toitures mais pas des avaloirs. Ces eaux sont canalisées et rejoignent le lit souterrain du ruisseau (291 chaussée de Saint-Job - G9) pour réapparaître face à la rue Hellevelt (G10).
  • les sources de l’étang du domaine du Papenkasteel.
  • les sources en provenance du Kinsendael.

Ci-dessus : Source du Geleytsbeek au parc Fond’Roy.

LES PROJETS EN COURS :

Trois tronçons doivent encore être recréés afin de rendre au Geleytsbeek son cours continu. Passons-les en revue dans le sens de l’aval vers l’amont :

  • Tronçon 1.

Les eaux actuellement rejetées dans l’égout rue Papenkasteel (G13) devront rejoindre le ruisseau longeant l’étang du Papenkasteel(G14). A cet endroit, le lit doit être re-creusé, sans porter atteinte ni à la végétation et ni à la stabilité des arbres de ce site classé. Pour que les eaux arrivant au Papenkasteel soient d’une qualité irréprochable, il faudra, au préalable, que les eaux grises en amont du ruisseau soient reliées à l’égout.

  • Tronçon 2.

Les eaux actuellement rejetées dans l’égout au bas du clos de Keyser (G7) devront rejoindre le ruisseau là où il réapparait à proximité de la rue Hellevelt (G10). La recréation de ce tronçon constitue un dossier difficile. La Commune, après avoir imaginé divers scénarios, a finalement décidé de procéder comme ceci : au lieu de récupérer le lit originel qui sillonne à travers (ou sous) plusieurs propriétés privées, un nouveau lit souterrain sera établi sous la chaussée de Saint-Job. L’avantage est double : d’une part la Commune possède la maitrise foncière de la voirie, et d’autre part passer sous la chaussée permet d’éviter les éventuels problèmes de stabilité liés au fait que le cours actuel du Geleytsbeek sillonne sous certaines maisons. L’ancien lit, largement pollué par des eaux usées, deviendra alors une extension de l’égout. Notons que le Collège a approuvé le principe d’ouvrir un marché public pour étudier le réaménagement de tout le carrefour St-Job/Chênaie/Repos. Soit le Geleytsbeek y sera mis à ciel ouvert, soit il s’agira d’y créer des biefs avec infiltration des eaux. L’étude débutera en septembre 2013. Les eaux de trop-plein du Broek se jetteront aussi dans le carrefour et seront mises en valeur.

  • Tronçon 3.

La réalisation de ce troisième tronçon est indissociable de la réalisation d’un second bassin d’orage dans la vallée de Saint-Job. Celui-ci a pour objectif le tamponnage des eaux en provenance de la Vieille rue du Moulin et de l’avenue Dolez. Ce bassin d’orage sera construit sous le parking communal, au pied de l’immeuble Etrimo, face au magasin Séquoia.

Suite à la réalisation de ce projet, le bassin d’orage à ciel ouvert, situé en bas du Kauwberg au coin de l’avenue Dolez et de la chaussée de St Job (G2), ne recevra plus les débordements des eaux issues des égouts. Il pourra alors être converti en une zone humide favorable au développement de la biodiversité. Il est également prévu qu’elle soit alimentée par les eaux de source provenant du bas du parc Fond’Roy (G1) via une future canalisation à réaliser.

Au-delà du nouveau bassin d’orage et de la zone humide, le Geleytsbeek retrouvera son cours sous le pont du chemin de fer (G4) et le long de la chaussée de Saint-Job (l’assiette du ruisseau y est toujours visible (G3), mais le lit a été comblé) jusqu’au chemin Kauwberg, en direction de l’étang Spelmans.

CONCLUSION : UN RUISSEAU AUX EAUX LIMPIDES ?

Si ces différents projets sont réalisés, ce que nous souhaitons, le Geleytsbeek conduira des eaux claires depuis l’avenue Dolez jusqu’à la Senne. Ce souhait dont les associations uccloises revendiquent la réalisation depuis une vingtaine d’années (voir par exemple les mémorandums de 2006 et 2012 de SOS Kauwberg) sera alors rencontré. Ces aménagements visant à séparer les eaux claires des eaux grises proposeront un exutoire naturel aux eaux de pluies exceptionnelles, lors d’orages dont les climatologues nous prédisent un accroissement.

Les différentes réalisations de ces dernières années, tout comme les nouveaux projets concernant le Geleytsbeek, s’inscrivent dans un nouveau paradigme de l’eau en ville tel qu’il a été développé dans la Lettre aux Habitants de décembre 2012 sous l’intitulé « Plaidoyer pour une ville « eau admise ».

Ces aménagements s’inscrivent aussi dans la dynamique de l’Agenda 21 de la commune d’Uccle (actions 85 & 86 concernant l’eau). Nous ne pouvons donc que nous réjouir de ces projets et remercier les membres des services Environnement et de la Voirie de la commune d’Uccle qui se sont investis dans l’étude de ces projets.

Les réalisations de Bruxelles Environnement sur le Geleytsbeek :
  • 1989 : Achat et protection du Kinsendael (G15) en tant que réserve naturelle.
  • 2006-2007 : Aménagements du Keyenbempt (G17 à G18) : recréation d’une zone humide, de potagers et du lit du ruisseau à ciel ouvert.
  • 2010 : Création d’un lit à ciel ouvert à travers la Plaine du Bourdon, le long de la promenade verte (G16).
  • 2012 : Au bout du Keyenbempt, détournement du Geleytsbeek afin de lui permettre de rejoindre la rue du Melkriek (G19) et y créer un étang permanent comme zone tampon.
  • 2013 : Fonçage d’une canalisation souterraine passant sous le rond-point dit des Menhirs, rue de Stalle, en vue de conduire le Geleytsbeek vers la Senne.
3 juillet 2013