Conclusions

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 66, décembre 2010.


La participation citoyenne est essentielle au bon déroulement du développement urbain. Se borner à une simple consultation quand tout est joué, c’est réduire la parole des habitants à bien peu de chose.

Les riverains ont l’expertise de leur quartier car ils l’utilisent, le vivent, le connaissent mieux que quiconque. Ils peuvent apporter aux promoteurs leurs connaisances et également jouer un rôle de garde-fou. La collaboration aux projets les affectant directement permet une intégration en amont de leurs remarques.

Dans un climat d’échange et d’écoute mutuelle, il y a statistiquement plus de chance de voir le projet se concrétiser, chacun des acteurs (demandeurs, riverains, etc.) comprenant mieux le point de vue de l’autre.

L’expérience menée dans ce quartier est une manière concrète de renforcer les prises de positions des habitants. C’est en tout cas une volonté marquée de construire des passerelles entre les institutions et les citoyens, d’induire un dialogue constructif. Ici, tout est encore possible. Plus exactement, beaucoup reste possible, car certaines constructions sont déjà érigées et des permis d’urbanisme ont été délivrés pour d’autres immeubles à construire. On se trouve en présence d’une situation exceptionnelle, à la croisée des chemins. Soit on laisse faire ce que proposent les promoteurs et on prend le risque de se retrouver à terme avec une cité-dortoir parsemée de bureaux plus ou moins vides et d’entreprises moribondes, ou encore avec un quartier paralysé par les voitures, si pas les deux à la fois. Soit on planifie la création d’un quartier à la mixité fonctionnelle, générationnelle et sociale garanties, des transports en commun performants, la mise en valeur des espaces naturels et on offre peut être une chance à ce quartier de se revigorer, s’épanouir.

S’il y a une chose à retenir, c’est qu’il y a urgence. Et les habitants s’étant exprimés, c’est aux décideurs politiques de prendre tout ceci à bras le corps, de représenter et de défendre les intérêts de ceux qui les ont élus.

Cette brochure de 32 pages bien illustrées peut être obtenue gratuitement auprès de l’ACQU (par courriel via acqu.asbl@gmail.com) ou d’IEB (par courriel via info@ieb.be ou par téléphone au 02/893.09.09). Elle peut aussi être téléchargée à l’adresse suivante : http://www.ieb.be/article2802.