C’est trop facile d’accuser le renard d’être un vecteur de maladies.

Plus d’une fois, lors de promenades dans les sites naturels ucclois, nous avons entendu des personnes déconseiller de cueillir des mûres ou autres baies qui risquaient d’être contaminées par l’urine du renard. Elles craignaient d’être contaminées par l’échinococcose, un parasite transmis par l’animal. Soyons rassurés, ce danger est absent de la région bruxelloise.

Tout comme la rage qui a disparu de Belgique. L’Institut Pasteur qui est situé à Uccle, rue Engeland, a pour mission de vérifier si les animaux morts qui lui sont apportés ne sont pas porteurs de maladies qui rendraient leur proximité dangereuse. Le jour où ce sera le cas, l’information sera diffusée …

Ce que l’on connaît moins - mais notre regard est différent, complice - c’est que plusieurs maladies peuvent (et sont plus souvent qu’on ne le pense) transmises à l’homme par ses chats. Ceux-ci sont porteurs de la toxoplasmose [1] et de la maladie des griffes des chats qu’un des mes enfants a eu à 13 ans alors que j’ai moi-même découvert un jour par hasard que j’étais immunisé vis-à-vis de la toxoplasmose. Mais des renards, je ne suis redevable d’aucune contamination  !

Retour vers l’article principal

[1] La transmission est indirecte, via les déjections qui souillent la terre, les plantes et les légumes et qui peuvent à leur tour contaminer l’homme s’il ne se lave pas les mains ou mange des aliments crus, le toxoplasme (parasite microscopique) étant détruit par la cuisson et la congélation. Sa présence dans la viande est fréquente et c’est en la mangeant crue que l’homme est contaminé dans la plupart des cas. Cette maladie bénigne passe le plus souvent inaperçue (sorte de petite grippe avec peu de fièvre), mais est particulièrement dangereuse pour le foetus et donc la femme enceinte non immunisée  ; les antibiotiques sont inefficaces et aucun vaccin n’existe. Pour une explication détaillée, je vous renvoie au blog d’une vétérinaire : http://www.boulesdefourrure.fr/inde...