Billet d’humeur du président du GRACQ d’Uccle : CRITIQUE DE LA DÉCLARATION DE POLITIQUE COMMUNALE PAR RAPPORT À LA MOBILITÉ

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°75, mars 2013.


Avant toute chose un petit retour en arrière s’impose.

Souvenez-vous, avant les élections l’ACQU a rédigé un très pertinent document intitulé « Uccle 2012-2018 vers une mobilité durable ». L’ACQU avait aussi pris la peine d’inviter les représentants des différents partis pour confronter les idées et positions relatives à cette problématique.

Eu égard aux résultats, que vous pouvez retrouver sur le site de l’ACQU, il n’y avait déjà à l’époque que peu de raison de se réjouir. On avait bien l’impression, non pas légèrement diffuse avec un soupçon de doute comme une légère brise printanière qui viendrait vous caresser les cheveux, mais bien claire et forte comme un coup de poing au milieu du visage, que finalement, c’était le « cause toujours, tu m’intéresses » qui avait accueilli les remarques de l’ACQU. Ceci pour expliquer le fait que le reste de ce texte se décline sur un mode « pas content ».

Histoire de dissiper nos doutes, la nouvelle majorité vient d’accoucher d’une « Déclaration de Politique communale ». Ceux qui avaient peur d’un grand chambardement en terme de mobilité peuvent respirer.

Oui, ils persistent et signent. Oui, l’expertise citoyenne, ça les ennuie, ça les fatigue, faudrait pas non plus que les gueux commencent à s’occuper de ce qui les regarde. Les questions pertinentes du genre « comment allez-vous faire pour « fluidifier » un trafic en perpétuelle augmentation ? », « avezvous pris en compte l’augmentation du trafic automobile lié à l’augmentation de la population et des lotissements ? » ils les ignorent. Cachez ces impossibilités que je ne saurais voir.

Statistiquement on retrouve dans le texte certains mots clés qui nous tiennent à coeur : cycliste (1x), personnes à mobilité réduite (2x), mobilité douce (1x), pied (1x), piéton(1x), vélo (1x). Par contre, on y retrouve aussi cette poudre de perlimpinpin qu’est la « fluidité du trafic » et cet appel pressant, plein de hululements incantatoires, à METRO, le dieu de la mobilité urbaine. Bien qu’on fasse l’impasse sur les divinités « Financement » et « Budget ». Un bien grand tort, les Dieux ont généralement mauvais caractère quand on les oublie. Mais ceci est une autre histoire qui n’est d’ailleurs pas encore écrite.

Plus que les présents, intéressons-nous aux absents, à ces chers disparus, ou plutôt jamais apparus, que nous déplorons à chaudes larmes : zone 30 (respect des, aménagement des), répression (du parking sauvage, des excès de vitesse), sécurité des usagers faibles, brevet-vélo, cyclable (bande, piste, itinéraire [régional, communal], rue), libre (d’accès), obstacle (bordure, poteau, voiture, etc.), parking-vélo, traversée (libre), trottoir (libre), PCM (Plan communal de mobilité), PDS (Plan de déplacements scolaires), RERvélo. Et oui, effectivement quand on s’intéresse aux absents, cela revient presque à une table des matières du recueil « La Mobilité pour les Nuls » édition simplifiée.

Allez, une dernière pour l’arrêt (pas pour la route) : la Commune compte augmenter les places de parking disponibles. Alors que la Région annonce clairement dans son Plan Régional de Politique du Stationnement qu’il faut réduire le nombre de places. Il y a là un petit fumet de cours de récréation pré-primaire où « je fais le contraire de ce que tu fais ».

Pourtant, les exemples réussis d’une autre mobilité ne manquent pas. Il s’agit d’un rendre la ville plus agréable, de supprimer les agressions permanentes que sont les bruits et les déjections automobiles, de rendre l’espace public aux humains, de construire une Commune enfants admis. Aussi utopiste que cela puisse paraître, le futur est aux villes sans voitures.

De multiples solutions sont déjà appliquées avec succès ailleurs. Ici il manque une vraie volonté politique de s’attaquer à la religion de la voiture. Uccle resterat-

elle coincée dans le 20ième siècle motorisé ?

Thierry Wynsdau
Président du Gracq Uccle, les cyclistes quotidiens.

3 juillet 2013