Abattage d’arbres au Bois de Verrewinkel

Article paru dans la Lettre aux habitants n° 57, septembre 2008.


La commune d’Uccle abrite, dans le sud/ouest de son territoire, 4 petits bois : le bois de Verrewinkel (13 ha) qui est propriété de la commune d’Uccle, et les bois de Buysdelle (5 ha), de la Chapelle Hauwaert, dénommé aussi « Verrewinkel nord » (2,5 ha), du Domaine de la Tour de Frein (2 ha) et de Perck (1 ha), qui sont la propriété du CPAS de la Ville de Bruxelles.

En 2005, Bruxelles Environnement – IBGE réalisait des travaux d’entretien dans le bois de la Chapelle Hauwaert : abattage de 336 arbres (59 hêtres, 256 mélèzes et 21 divers) pour la sécurisation des propriétés riveraines et la mise à distance des mélèzes. Les arbres se sont développés, et aujourd’hui plus aucune trace de cette intervention n’est visible.

En 2006, BE-IBGE intervenait au bois du Buysdelle pour sécuriser les propriétés riveraines, éliminer les espèces exotiques (principalement le cerisier tardif) et mettre à distance les arbres des peuplements résineux (pins et mélèzes). Le chantier d’abattage a dû être reporté pour cause de mauvais temps. Au total, 409 arbres ont été abattus (36 hêtres, 20 chênes, 71 pins, 230 mélèzes et 52 divers). Ce chantier sera achevé pour la fin de cette année.

Cette année, BE-IBGE est intervenue dans la partie boisée du Domaine de la Tour de Frein pour y abattre 50 épicéas. Ce petit peuplement d’une septantaine d’ares a en effet subi une attaque de scolyte Ips typographus. Les épicéas touchés représentent un danger pour les maisons riveraines et pour les utilisateurs du Chemin de la Forêt. Cet insecte attaque non seulement des arbres affaiblis, mais il est également capable d’attaquer des arbres encore sains. Ainsi, afin, d’une part, de sécuriser les lisières du bois et, d’autre part, pour éviter la propagation de l’insecte, les arbres attaqués ont dû être abattus rapidement. Ce chantier sera complètement achevé pour la fin de l’année.

Cette année, des travaux importants ont été réalisés à l’entrée du bois de Verrewinkel, rue de Perck, pour remettre cette lisière dans un bon état de présentation : évacuation des dépôts clandestins, réaménagement du parking de façon à empêcher de nouveaux dépôts clandestins (pose d’une clôture en châtaignier et diminution de la surface du parking par la pose de bollards), remplacement des anciennes poubelles et barrières.

Autres travaux prévus cette année au bois de Verrewinkel et qui devront être achevés pour la fin de l’année 2009, si les conditions climatiques ne viennent pas entraver le chantier : l’abattage de 881 arbres (657 hêtres, 66 pins sylvestres, 47 chênes et 111 divers). Le nombre est impressionnant, mais il faut savoir que l’intervention porte sur une surface importante (près de 10 hectares). C’est également la première intervention qui est pratiquée dans ces jeunes peuplements de hêtres. Ce sont majoritairement des arbres de petite dimension qui ont été désignés à l’abattage.

Les arbres qui seront abattus ont été désignés les 4 mars et 16 avril 2008 en présence de représentants des Amis du Bois de Verrewinkel (André DESCHUTTER, Georges LEWY...). Au cours de ces martelages, les peuplements de petits hêtres, ainsi que les peuplements de pins sylvestres, ont été parcourus par le service forestier. Cette désignation devait permettre d’ « aérer » le peuplement en donnant de l’espace aux arbres les plus beaux et ainsi favoriser leur développement. Les arbres de moins belle venue, qui gênent le développement des plus beaux, ont été désignés à l’abattage.

Les lisières du bois ont également été parcourues et les arbres, qui pouvaient présenter un danger pour les propriétés riveraines, ont été marqués.
Tous les arbres qui ont été désignés à l’abattage peuvent être repérés sur le terrain par la flâchure qui a été pratiquée dans leur écorce et sur laquelle le lion royal a été marqué.
Ces abattages entrent dans le cadre de la gestion courante du Bois de Verrewinkel et sont en cohérence avec son statut de Zone Spéciale de Conservation (ZSC).

Afin de favoriser le développement de la biodiversité indigène dans le bois, diverses dispositions ont été prises : tout d’abord, la désignation à l’abattage des essences exotiques envahissantes (robinier et cerisier tardif) ; ensuite, le maintien de gros hêtres dépérissant qui ne posent pas de problème de sécurité ; enfin, le maintien d’arbres dominés qui mourront étouffés par les arbres dominants. Au fur et à mesure de leur décrépitude, ces arbres seront progressivement attaqués par des insectes (qui eux-mêmes serviront de nourriture pour les oiseaux insectivores), des champignons, etc., ... pour finalement nourrir l’humus du bois.

Les arbres désignés à l’abattage seront vendus publiquement le jeudi 9 octobre 2008 à 10 h. dans la salle des fêtes de la « Maison Haute », place Antoine Gilson à Watermael-Boitsfort.

L’exploitant forestier qui se portera acquéreur du lot aura une année pour abattre les arbres et façonner les houppiers. Le garde forestier, responsable de la surveillance des bois situés sur la commune Uccle, veillera au bon déroulement du chantier d’abattage et au respect du cahier spécial des charges qui prévoit des précautions pour limiter les dégâts aux arbres maintenus et au sol. Le débardage des grumes sera effectué par des chevaux.

Un chantier d’abattage occasionne toujours des perturbations, mais elles seront temporaires et la végétation, par son développement, les aura rapidement « digérées ». Néanmoins, afin de limiter les dégâts d’orniérage sur le chemin principal du bois, un chantier de renforcement de l’assise a été réalisé en août 2007.
Tous ces travaux ont fait l’objet d’un accord du propriétaire du bois (la Commune d’Uccle) et les permis d’urbanisme nécessaires ont été délivrés.

Nous profitons de cet article pour rappeler aux riverains l’importance d’adopter des comportements respectueux des lisières du bois. En effet, lors du martelage, nous avons observé, à certains endroits, la présence de déchets de tout ordre (déchets verts, briquaillons...) derrière certaines habitations. Ces comportements, pour le moins inciviques, participent à l’enlaidissement des lisières du bois. Ils contribuent également au développement d’une flore exotique. Il est important de rappeler ici que la préservation de l’espace public en général, des espaces verts en particulier, est de la responsabilité de tous.

Ir. Stéphane VANWIJNSBERGHE
Ingénieur – responsable de sous-division Bruxelles environnement
IBGE Division Nature, Eau et Forêt
Sous-division Nature et Forêt

septembre 2008