3.2.3. ÉTABLIR UN PLAN COMMUNAL DE GESTION DES CRISES :

Article paru dans la Lettre aux Habitants n°74, décembre 2012.
(Retour à l’article principal)


ÉTABLIR UN PLAN COMMUNAL DE GESTION DES CRISES LIÉES AUX PLUIES ORAGEUSES 

Un tel plan devrait comporter deux volets complémentaires, d’abord des mesures de vigilance et d’avertissement des populations avant l’événement orageux, ensuite des mesures de gestion de la crise et de ses conséquences.

  • Le premier volet a pour objet la prévention des dégâts. Il consiste à mettre en place une procédure d’informations prévisionnelles sur base des données de l’IRM, de manière à pouvoir mettre en alerte les habitants des quartiers à risque. Plusieurs moyens de communication peuvent être utilisés comme des courriels et SMS envoyés aux personnes les plus concernées. Les avertissements s’effectueraient en plusieurs étapes successives, au fur et à mesure des informations météorologiques connues. L’objectif est de permettre aux habitants de prendre toutes les mesures préventives.

    Un tel service devrait être idéalement organisé et mutualisé au niveau de la Région.
  • Le second volet concerne les mesures de régulation de la circulation automobile en cas de pluies extrêmes. Des habitants ont été outrés de l’attitude de certains automobilistes en août 2011. I Il faut pouvoir arrêter la circulation dans certaines rues ; des barrières nadar « inondation » doivent être prévues à proximité et les policiers ou les vigiles de quartier formés et entraînés à dresser très rapidement un périmètre de sécurité qui isolerait les zones concernées.

    Une commune bruxelloise de la vallée de la Woluwe a déjà mis en place un tel plan de circulation. C’est le cas de Woluwe-Saint-Lambert où s’opère la fermeture des voiries touchées en cas d’inondation. En cas de dégâts consécutifs aux inondations, lorsque les mesures préalables n’ont pas suffi à protéger les biens des habitants, il faudrait organiser une surveillance policière pour éviter que certains individus peu scrupuleux profitent de la détresse des sinistrés. Des containers pourraient être mis à disposition au coin des rues sinistrées pour que les habitants puissent y déposer leurs objets souillés et inutilisables, évitant ainsi la venue des ferrailleurs.

DESIGNER UNE PERSONNE DE RÉFÉRENCE QUE LES HABITANTS PEUVENT INTERPELER

Tout plan se doit d’être mis en œuvre rapidement, ce qui implique qu’il y ait une personne désignée pour réagir rapidement en cas d’urgence. Une personne joignable dont le numéro de téléphone est connu de la population. Cette personne pourrait faire partie de l’administration communale, ou bien être choisie au sein du corps des pompiers.


AIDER LES HABITANTS PRÉCARISÉS PAR LES INONDATIONS A RÉPÉTITION.

Certains habitants et commerçants, victimes des inondations à répétition, ont si souvent fait appel à leur compagnie d’assurance suite aux dégâts subis que celles-ci ont tout simplement résilié leur contrat à son terme légal. Les services sociaux de la Commune ne pourraient-ils les aider à trouver une nouvelle compagnie ?

L’objectif est de permettre aux habitants de prendre toutes les mesures préventives.